Suite aux fortes chaleurs, les horaires du personnel ont été modifiés dans certaines communes.

En ces jours de températures records, les amateurs de chiffres ont les yeux rivés sur les thermomètres. Et ceux qui ne supportent pas la chaleur tâchent de rester au frais en sortant le moins possible. Mais ceux qui travaillent, et singulièrement lorsque ce travail doit s’effectuer en extérieur, n’ont pas le choix.

Se ménager, s’hydrater, se couvrir la tête, ce sont des précautions essentielles à suivre mais, lorsque l’employeur se montre compréhensif et organise un aménagement des horaires, c’est encore mieux. C’est le cas cette semaine dans plusieurs administrations communales, notamment à Braine-l’Alleud et à Nivelles.

À Braine, le personnel administratif est installé dans un bâtiment moderne au système de climatisation relativement performant. Des fontaines à eau sont disponibles dans les couloirs et dans les locaux communaux, il ne se pose donc guère de problèmes, selon les responsables. C’est plutôt le système informatique qui est surveillé de près pour éviter la surchauffe…

Mais pour les ouvriers du service des travaux et de l’entretien des espaces verts, c’est une autre paire de manches. Il y a quelques semaines déjà, la possibilité de passer à un horaire 7 heures - 15 heures au lieu du traditionnel 8 heures - 16 heures a été mise en œuvre. Mais cette semaine, en plein plan rouge, travailler au soleil en plein après-midi relève de l’inconscience. Le bourgmestre a dès lors décidé de libérer les équipes à 13 heures.

Les ouvriers brainois, jusqu’à ce vendredi, commencent à 7 heures et terminent donc à 13 heures. Ils n’ont pas d’heure de table et leur journée, en ce qui concerne la rémunération, est considérée comme complète. Cela concerne une cinquantaine de personnes, qui sont notamment mobilisées pour arroser les plantations et éviter que tout soit perdu à cause de la chaleur.

À Nivelles, les ouvriers communaux qui travaillent à l’extérieur terminent à midi. Et dans les services administratifs, vu les circonstances exceptionnelles, le personnel travaille de 7 heures à 14 heures, avec des temps de pause adaptés. Ce vendredi, ce sera même de 7 heures à 13 heures, précise un avis de la directrice générale.

Ces horaires réduits étaient déjà d’application mercredi, mais il y avait certaines permanences à assurer : un service minimum a dès lors été mis en place et les agents volontaires avaient la possibilité de récupérer les heures supplémentaires prestées. Les fonctionnaires étaient également invités à adapter les messageries automatiques de leur poste pour informer les citoyens correctement sur l’accessibilité des services.