Le 6 janvier dernier, les habitants d’un immeuble de Braine-l’Alleud ont entendu un grand bruit venant du rez-de-chaussée : deux personnes venaient de forcer la porte d’entrée du bâtiment. Elles sont montées ensuite dans les étages et en arrivant au troisième, elles ont choisi de forcer la porte d’un appartement qui semblait inoccupé.

Pas de chance, ce n’était pas le cas et les intrus ont été mis en fuite. En redescendant, ils se sont emparés d’une valise et d’une paire de baskets qui se trouvaient sur un palier. La police avait été appelée entretemps et le duo a été intercepté à proximité immédiate de l’immeuble, encore en possession du maigre butin de ce cambriolage manifestement très improvisé.

Mais un des suspects a prétendu qu’ils n’étaient pas entrés, et qu’ils avaient juste trouvé la valise et les baskets à l’extérieur, près d’une poubelle. L’autre a assuré qu’ils n’étaient allés que dans le hall, parce que la porte d’entrée était ouverte. Quant à savoir comment le loquet avait été plié…

Devant le juge d’instruction, ils ont encore fourni d’autres explications. D’accord, ils sont rentrés dans le bâtiment mais ce n’était pas pour voler, juste pour fumer un joint à l’abri. Et devant le tribunal correctionnel, Hamza et Ismaïl ont assuré qu’ils n’avaient rien volé du tout ce soir-là à Braine-l’Alleud.

Pourtant, les images de vidéosurveillance de la gare montrent qu’ils sont arrivés en train et qu’ils n’avaient en main ni valise, ni paire de baskets… "Une fois de plus, nous avons deux auteurs qui n’ont rien fait, et des témoins qui ont été victime d’hallucinations", a ironisé la substitut. En précisant par ailleurs qu’un des prévenus avait déjà des antécédents spécifiques alors que l’autre avait été interpellé la nuit précédent les faits à Bruxelles, déjà pour avoir commis un vol.

Les avocates de la défense n’ont pas relayé les dénégations de leur client… Le tribunal vient de trancher: chacun des prévenus écope de quinze mois de prison ferme.