Après Ecolo et MVW (Mieux Vivre à Waterloo), c’est au tour de l’USC de réagir à la dissolution de l’ASBL Waterloo Sports suite à un audit commandité par les autorités communales et qui a mis à jour des malversations au sein de la gestion de l’ASBL. "Cette décision montre qu’en dépit des statuts de l’ASBL, c’est bien la Commune qui prend les décisions stratégiques la concernant. Elle montre également que le contenu de l’audit justifie des mesures radicales, qui vont plus loin que la seule responsabilité individuelle du Directeur licencié", explique Brian Booth, le président de l’USC.

Pour les Socialistes, cette "simple" dissolution ne suffit pas à mettre un terme à la problématique. "Cette décision montre à suffisance que les autorités communales disposaient des leviers nécessaires à éviter que s’installe une situation justifiant d’une dissolution. Sa responsabilité politique dans les dysfonctionnements qui justifieraient cette mesure radicale est, à notre sens, engagée. Si des moyens publics ont été détournés de leur fin ou si des infractions aux lois ont été soulevées, il est urgent que les autorités communales se constituent partie civile dans le cadre d’une plainte au pénal pour défendre les intérêts des Waterlootois." Décidément, on n’a pas fini d’entendre parler de l’ASBL Waterloo Sports… même après sa dissolution.