Les postiers du centre de tri de Braine-l’Alleud font grève depuis vendredi. Ce centre s’occupe du courrier des communes de Braine-l’Alleud, Waterloo, Tubize et La Hulpe.

Le personnel s’oppose en fait à la suppression de deux services, c’est-à-dire à deux tournées quotidiennes, dans le cadre du nouveau programme Géoroute. Une réunion d’urgence a donc eu lieu hier après-midi entre les délégués syndicaux et la direction.

Didier Obchitte, le délégué du syndicat libre de la fonction publique, explique que les postiers sont sortis déçus de cette réunion. “Aujourd’hui il y a 98 services et au prochain Géoroute lancé en septembre prochain il y aura deux services de moins. La direction a décidé de le retarder un peu, car il devait être lancé au mois de juillet. Ils ont aussi ajouté qu’ils créeraient deux services de renfort pour une durée déterminée”, explique-t-il.

Le service Géoroute est en fait un logiciel créé pour les opérateurs postaux du monde entier afin d’optimiser les kilomètres et le temps de travail. Dans ce cas, l’algorithme a montré que 96 services pouvaient très bien fonctionner au lieu de 98, au détriment des employés. C’est cette digitalisation du métier de postier, de facteur, qui est au cœur de cette grève. Les travailleurs souhaitent que leurs dirigeants ne touchent pas à l’effectif, et maintiennent 98 services à long terme. Alors, même si la direction vient de retarder d’environ deux mois la suppression d’emplois, rien n’est gagné à long terme. “On va voir combien de temps ça va durer”, ajoute Didier Obchitte.

Une nouvelle réunion avec la direction n’est pas à l’ordre du jour, et le délégué syndical ne savait pas encore dire si la grève allait se poursuivre ou non dans les jours qui suivent. Une chose est sûre, la réunion n’a pas eu le résultat escompté pour les employés, et les mois qui suivent seront déterminants pour l’avenir des emplois de certains.