Waterloo - Braine l'Alleud Les Brainois peuvent réagir jusqu’au 6 juin sur le projet qui prévoit 98 appartements.


Lancée la semaine dernière, l’enquête publique concernant le projet visant à reconvertir le site de l’ancien lycée, en plein centre de Braine-l’Alleud, est en cours. Et comme le projet entraînera une (petite) modification pour les voiries alentour - essentiellement l’élargissement de trottoirs -, l’enquête en question durera un mois.

Elle se termine le 6 juin. D’ici là, les citoyens peuvent consulter le dossier au service communal de l’urbanisme, mais aussi en télécharger la plupart des pièces à partir du site internet de la commune (www.braine-lalleud.be). Les observations et réclamations pourront être accueillies jusqu’au 6 juin.

De quoi parle-t-on ? Le promoteur, qui est propriétaire du terrain, a rasé l’an dernier l’ancien lycée qui était à l’abandon depuis des années et compte également démolir cinq habitations attenantes à la rue Sainte-Anne, après avoir pris un accord avec les propriétaires.

L’idée est de faire sortir de terre un complexe immobilier constitué de trois immeubles totalisant 98 appartements. Une grande surface alimentaire d’un peu plus de 1 000 mètres carrés est prévue dans les plans, tout comme deux autres commerces de moindre importance et deux établissements Horeca au rez-de-chaussée.

Le gabarit des immeubles, inférieur à celui du lycée, est de cinq niveaux (rez + deux niveaux + deux niveaux en toiture) et en sous-sol, le promoteur a prévu un parking souterrain sur deux niveaux. On y propose, dans l’état actuel du projet, 243 emplacements pour les voitures, 30 pour les motos et 178 pour les vélos. Certains sont réservés aux futurs habitants, d’autres aux clients.

D’après l’étude d’incidence consultable dans le dossier, "le projet s’intègre dans le cadre bâti et paysager environnant, bien que son gabarit soit plus important que les constructions existantes autour du site". Question de point de vue : une pétition mise en ligne par une habitante, elle, a déjà recueilli 750 signatures contre le projet…

Le dossier sera soumis à l’avis du fonctionnaire délégué et du fonctionnaire qui s’occupe des implantations commerciales. Et en fonction des résultats de l’enquête publique et des avis, c’est la commune qui tranchera.