Ces derniers jours, de nombreux Waterlootois ont fait part de leur frustration – pour ne pas dire leur colère – sur les réseaux sociaux, après avoir été verbalisés pour excès de vitesse dans le centre. Tous ont été surpris d’apprendre que le centre-ville est passé en zone 30, comme dans les quartiers Faubourg Ouest et Est. La nouvelle a d’autant plus de mal à passer que les amendes sont salées. On parle de 150, 172 voire 270 euros pour des vitesses d’une cinquantaine de km/h.

Les internautes déplorent l'absence de panneaux et s’étonnent de ne pas avoir été mis au courant de ce changement, ni via le bulletin communal ni via le site internet de la commune. Si le site communal évoque bien le projet de zones 30 pour apaiser la circulation dans Waterloo, il annonce que le prochain quartier concerné, après les faubourgs, sera celui du Chenois. Sur la carte et dans le phasage, il n’est même pas question de zone 30 dans le centre. Quant au calendrier, la commune indique qu’elle ne manquera pas d’informer les citoyens “dès que le calendrier sera plus précisément établi”. 

En fait, le centre-ville est passé, plutôt discrètement, en zone 30 à la fin de l’été. La zone est large puisqu’elle s’étend de la drève des Dix Mètres, jusqu’au boulevard de la Cense, et du chemin de fer jusqu’à la chaussée de Bruxelles (non comprise). Comme le veut le Code la route, des panneaux ont été placés aux entrées et sorties de la zone mais aucun panneau rappel n’a été installé – la Région wallonne n’étant pas favorable à la multiplication des panneaux routiers. La police a effectué des comptages depuis l’instauration de la zone et a constaté que la limitation de vitesse n’était pas aussi bien respectée que dans les faubourgs. Elle a donc mené plusieurs contrôles ces dernières semaines, histoire que le message passe.

La commune promet qu’elle va rectifier le tir

Contacté, l’échevin de la mobilité reconnaît un manque de communication autour de l’instauration de la zone et promet de rectifier le tir à l’avenir. “La majorité des gens ne le savaient pas, on n’a pas assez communiqué, concède Brian Grillmaier. Le quartier du Chenois devait passer avant le centre mais on a inversé le planning car il y avait une grande demande de la part des riverains de la drève des Dix Mètres suite à plusieurs accidents. Je pensais que le site avait été mis à jour mais ce n’est pas le cas et aucun article n’est paru dans le bulletin communal. On comprend la surprise et la frustration chez les citoyens. Il faut accepter quand la communication n’est optimale. Nous avons commandé des panneaux supplémentaires pour signaler la zone 30 et nous réaliserons des marquages au sol au printemps, quand la météo le permettra.

La prochaine zone 30 sera donc instaurée dans le quartier du Chenois, normalement au printemps prochain. Aucune date n’est encore avancée à ce stade mais l’échevin promet que la commune communiquera, cette fois, largement à ce sujet.