La triste nouvelle est tombée ce mercredi matin : Yves Vander Cruysen, premier échevin à Waterloo, est décédé du coronavirus. Après de longues semaines de combat contre le virus, l'échevin de 57 ans s'en est allé ce mardi soir, entouré de ses proches. Il est resté hospitalisé durant cinq semaines aux soins intensifs de Saint-Luc, plongé dans un coma artificiel.

LIRE AUSSI : Décès d'Yves Vander Cruysen: "Je n'imaginais pas une seconde qu'il ne reviendrait pas", confie la bourgmestre

Yves Vander Cruysen était officier de l’État civil et échevin en charge de la Culture, du Protocole, de la Politique et de l'Animation des Aînés, ainsi que de l’Enseignement artistique communal et du Waterloo info. Élu en 1991, il était le plus ancien mandataire en fonction de Waterloo et l'échevin avec la plus longue longévité. Il siégeait également au conseil provincial depuis 1999. " Waterloo perd une personnalité incontournable , salue la commune de Waterloo dans un communiqué. Un échevin dévoué, infatigable, au service de sa passion, sa Commune. Il a fait briller Waterloo au-delà des frontières, à travers ses livres, ses chroniques et grâce aux nombreux événements dont il était le fondateur. "

En tant qu'échevin de la Culture, il avait notamment créé le BelgoFestival, des séances de promotion du cinéma belge avec CinéWa ou encore le WaHFF (Waterloo Historical Film Festival). Il a aussi dynamisé le secteur du Tourisme, que ce soit au sein du Musée Wellington ou sur le Champ de Bataille de Waterloo. Il a œuvré à la revalorisation de ce site d'envergure et participé à l'organisation de plusieurs reconstitutions historiques, dont le Bicentenaire de la Bataille de Waterloo. " La disparition d'Yves laisse un grand vide , poursuit la commune. C’est bien plus qu’une personnalité politique qui nous a quittés aujourd’hui, c'est un citoyen passionné et engagé. Waterloo est en deuil ."

Le Waterlootois était également un hommes de lettres réputé avec une dizaine d'ouvrages à son actif, dédiés notamment à sa commune, à la bataille de Waterloo, au Brabant wallon mais également aux Belges qui ont connu un destin international. Il publiait, cette année encore, "Le Brabant wallon de A à Z", un essai de dictionnaire, à l'occasion des 25 ans de la province. Journaliste de formation, il collaborait par ailleurs avec L'Avenir pour des chroniques historiques.

"Un amour inconditionnel pour Waterloo"

La bourgmestre de Waterloo, Florence Reuter, a rendu un hommage à son échevin sur les réseaux sociaux. " Je perds un compagnon de route et un complice de chaque instant. Il était une figure de Waterloo, un personnage au caractère entier, sans demi-mesure tout comme sa passion pour sa commune. J’avais l’habitude de le surnommer la mémoire vivante de Waterloo. II nous laisse ses livres pour perpétuer sa passion pour l’histoire et son amour inconditionnel pour Waterloo dont il connaissait les 123 communes homonymes à travers le monde. Yves a mis tout son talent au service de sa Commune. Je garde de lui le souvenir d’un passionné, aux multiples talents, dont le chant qu’il pratiquait avec ses amis les plus fidèles au sein des Amicroches. Aujourd’hui, Yves rédige le dernier chapitre de son histoire, nous aurions tellement aimé qu’il prenne le temps d’écrire encore quelques pages avant de clôturer son récit ."

De son côté, le président du collège provincial et ancien député provincial en charge de la Culture, Tanguy Stuckens, salue un " amoureux ultra-passionné de Waterloo, du Brabant wallon, de la Belgique et de la Culture. Il y aura consacré une énergie si personnelle et inconsidérée que lui seul aurait été capable de transcrire dans un livre, fruit de ses nombreux talents. Il nous laisse un vide immense tant il débordait de créativité, d’idées, de projets, de bon sens dans tout ce qu’il entreprenait. Yves est une référence dans le monde politique et culturel pour lequel il s’est tant investi. "

Un livre de condoléances sera mis à disposition à la maison communale et en ligne. Les possibilités d’hommages et de recueillement seront communiquées dans les prochains jours.

La deuxième vague de coronavirus a malheureusement frappé plusieurs élus du Brabant wallon. Ces dernières semaines, le premier échevin de Court-Saint-Étienne, Stéphane Ravet , et l'ancien échevin de Braine-l'Alleud, Willy Dutry, ont succombé au virus .