Waterloo - Braine l'Alleud Bella Vita à Waterloo unit juniors et seniors. La pyramide des âges n’y est pas seulement maintenue à coup de règles.

Cela fait plusieurs années déjà que l’immobilier s’est mis à l’heure de l’intergénérationnel. Soit le fait de faire cohabiter plusieurs générations, plus particulièrement des seniors et des juniors. Une réponse à la pénurie de logement, à la baisse des pensions et à la hausse des loyers, mais aussi une démarche visant à ce que chaque génération apporte un "plus" à l’autre en matière de convivialité et de solidarité (aide, services, animations…). On savait que la formule fonctionnait en Belgique à l’échelle d’une unifamiliale, voire d’un petit immeuble à appartement. Mais pas à celle d’un site de 15 hectares comprenant quelque 270 logements !

Le quartier waterlootois Bella Vita, développé par les sociétés JCX Immo et Immobel, imaginé dès 2005, a accueilli ses premiers occupants fin 2015, avec un engagement fort : 35 % des habitants doivent avoir moins de 55 ans, 65 % peuvent en avoir plus, sans compter les occupants de la maison de repos et de la résidence services du site. Le respect de la pyramide des âges a été mis dans les mains de comité de direction de l’ASBL Club Bella Vita, qui regroupe des représentants des propriétaires occupants, des propriétaires bailleurs, des locataires, des riverains, des développeurs et de la commune. Jusqu’à présent, il n’a pas dû activer le système contraignant prévu dans les statuts et l’acte de base pour maintenir cet équilibre, à savoir que si dérapage il y a d’un côté comme de l’autre, aussi bien en location qu’en vente, l’ASBL se voit accorder deux mois pour trouver d’autres occupants aux mêmes conditions. Or, depuis 2015, il y a déjà eu quelques changements de locataires et quatre à cinq ventes dans le cadre de successions. "Plus que les statuts (qui exigent entre 20 et 40 % d’occupants de moins de 55 ans, NdlR) , c’est l’architecture qui régule la pyramide des âges", explique Gaël Cruysmans, administrateur de JCX Immo. "Sur les 270 logements, deux tiers sont des appartements, un tiers des maisons. Les familles optent davantage pour les maisons, principalement en location. Les seniors ont plutôt choisi des appartements de plain-pied, avec ascenseur." Ceci même si la majorité des propriétaires desdits logements, occupants ou bailleurs, sont plus âgés.

"Je dirais que la pyramide des âges à Bella Vita est conforme à celle de la population de Waterloo", poursuit le développeur immobilier, non sans en accorder le gros du bénéfice à l’ASBL. Début 2018, sur base d’une enquête effectuée auprès des habitants, le rapport entre les moins de 55 et les plus de 55 ans était même à 51/49 au lieu du 35/65 requis. "Il suffit de se promener sur le site pour s’en convaincre", ajoute Pia Janssens, la dynamique secrétaire de l’ASBL. "Il y a des enfants et des jeunes partout, à vélo, en trottinettes, courant après des ballons, grimpant aux arbres…"

Certes, quand les quinquagénaires qui ont acheté un appartement ou une maison dans l’idée de venir y habiter plus tard arriveront en masse sur le site (59 % des occupants sont actuellement locataires), il faudra sans doute être plus vigilant quant à la pyramide des âges, mais pour l’heure, tout va bien.

Activités multiples et variées

Notamment grâce aux nombreuses activités mises sur pied par l’ASBL Club Bella Vita pour ses quelque 250 membres, habitant le site ou riverains (pour une cotisation identique de 300 euros/an), mais principalement âgés. "Cela englobe des activités gratuites ou semi-gratuites, comme l’accès à la piscine, à la salle de fit-ness, aux salles de réunion, à la bibliothèque - qui a été alimentée jusqu’à présent avec les livres que les habitants qui quittaient leur villa nous ont donnés, n’ayant pas la place de les mettre chez eux - mais encore la gymnastique pour le dos, les cours de dessin, les parties de scrabble, de bridge ou de whist, la chorale, etc." Complétées des activités périodiques, dont certaines accentuent les relations intergénérationnelles. "Comme les drinks mensuels, la journée intergénérationnelle annuelle, les stages de vacances pour les enfants, qui, matins et soirs, réunissent, parents et enfants, grands-parents et petits enfants, qu’ils habitent ou non Bella Vita", conclut Pia Janssens.