L’irritation se fait sentir auprès des habitants de la rue Ernest Laurent et de l’avenue Albert 1er qui peinent à se garer depuis les récents changements de circulation. Ils déplorent également les nuisances liées aux passages des bus à cause du nouveau terminus et le fait que la police vienne quotidiennement distribuer des amendes sur les véhicules qui se garent à cheval sur le trottoir.

Véronique Cracco habite la rue Ernest Laurent depuis maintenant sept ans. Tout aurait commencé en juin dernier, lorsque l’avenue Albert 1er est passée d’un sens unique à un double sens. En plus des nuisances sonores causées par le nouveau terminus du bus, la riveraine déplore le manque de place de parking. “Toute une rangée de place de stationnement a été supprimée et ça se répercute sur les rues avoisinantes. En plus, la police a toujours accepté qu’on se gare à cheval sur le trottoir alors que maintenant ils passent 3x par jour mettre des amendes.” La rue Ernest Laurent servirait de raccourci aux automobilistes pour éviter la rue d’à côté qui commence et se termine par un rond-point. “En plus de servir de raccourci, les gens roulent trop vite.”

De son côté, l’échevin brainois de la Mobilité Henri Detandt rappelle que la rue Ernest Laurent a toujours été à double sens. “Depuis 2007, c’est-à-dire au début des travaux du RER, l’Avenue Albert 1er est devenue un sens unique. Maintenant que nous l’avons remise en double sens, la rue Ernest Laurent, qui, elle, a toujours été à double sens, se voit impactée au niveau des places de parking”. Il ajoute que, selon ses informations, il n’y a pas de conséquence sur la vitesse et la densité de la circulation.

Véronique Cracco demande tout de même une modification de la circulation : “Je voudrais qu’on remette notre rue en sens unique pour qu’elle arrête de servir de raccourci et de champ de courses”. L’échevin Henri Detandt évoque un nouveau projet de parking, qui permettra peut-être de ravir plus de monde que la fin des travaux de l’Avenue Albert 1er.