Lors du dernier conseil communal de Braine-l’Alleud, Christine Huenens, conseillère communale du parti de l’opposition Intérêts Brainois, a interpellé la majorité sur la création de zones "chien sans laisse" au Parc Bourdon, au Cheneau et au Paradis.

La conseillère a été contactée en décembre 2020 par Isabelle Delcuve, une des riveraines à l’origine de la pétition ayant pour but de délimiter certaines zones où les chiens pourraient se dépenser librement. Celle-ci a recueilli un total de 320 signatures, papier et web combinés. Selon elle, certains riverains brainois sont parfois verbalisés par les gardiens de la paix à hauteur de 60 euros lorsqu’ils promènent leur chien sans laisse dans un parc. "Les chiens ont besoin, pour leur santé, de courir sans laisse. Et certains endroits le permettent à Braine-l'Alleud" , explique-t-elle.

Mais le bourgmestre de Braine-l’Alleud Vincent Scourneau a dit ne pas y être favorable, estimant qu'un tel espace générerait des nuisances diverses : aboiements, bagarres entre chiens voire entre maîtres... Le maïeur a glissé que les propriétaires pouvaient lâcher leur chien lors de balades dans la campagne, à condition que l'animal soit bien dressé. Le conseiller communal Sébastien Patureau, vétérinaire de profession, a également donné son avis sur la question . "Malheureusement les animaux ne sont pas assez éduqués et on risque des situations de bagarre."

Une réponse qui n'a pas satisfait la conseillère IB. "Il dit qu’il suffit d’aller faire courir les chiens dans la campagne, mais cela ne répond pas à la question. Certains riverains n’ont pas de voiture. Je pense qu’il a eu une réponse facile" , regrette Christine Huenens. Selon elle, l’urbanisation de Braine-l’Alleud explique le besoin croissant de zones sans laisse pour les chiens.