Le dossier de la revitalisation de la place Capouillet, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, était une fois encore sur la table des édiles, réunis en visioconférence, lors du traditionnel conseil communal. Cette fois-ci, il n’était point question de discuter du projet en lui-même mais plutôt du timing accordé à l’auteur de projet pour rendre son avant-projet. "Pour rappel, les frais sont pris en charge par la Région wallonne, précise tout de même Florence Reuter, la bourgmestre waterlootoise. Maintenant, il faut savoir qu’avec la crise sanitaire, le bureau d’études a demandé un report pour présenter son avant-projet et nous souhaitons leur accorder un nouveau délai jusqu’au 31 décembre."

Une proposition qui a été acceptée par les édiles même si l’opposition s’est posé quelques questions. "Nous regrettons ce report même si nous le comprenons, commente Bénédicte Colla-Vander Borght (Ecolo). Nous voulons savoir si cet avant-projet sera présenté au conseil communal ?" Même question dans le chef de Jean-Michel Cassiers (MVW). "Notre volonté est d’informer au plus près la population dès que nous connaîtrons les dates et bien évidemment que l’avant-projet sera présenté quand il sera terminé par le bureau d’études", note Florence Reuter.

Pour rappel, l’idée est de créer un cœur de ville à la place de la route qui traverse la place Capouillet. Le but est d’en faire un endroit de vie tandis que le bâtiment Spéchim, situé sur le coin de la place, serait transformé en logements. Depuis le début, ces deux projets distincts ont suscité l’inquiétude au sein d’une grande partie de la population du Chenois.