Waterloo - Braine l'Alleud Le record d’affluence est battu, en route vers une huitième édition l’an prochain.

Même s’il en était ce week-end à sa septième édition aux Cinés Wellington, le Waterloo Historical Film Festival (WaHFF) ne jouait pas sur du velours : une toute nouvelle équipe devait faire ses preuves pour piloter l’événement, et plusieurs nouveautés dont un "Waterloo Village" avaient été testées pour impliquer davantage les festivaliers.

Dimanche soir, à l’heure d’un premier bilan, les organisateurs avaient le sourire.

"Quatre jours faits de moments magnifiques, de belles rencontres… C’est toute une commune qui se mobilise pour que ce festival soit un succès", a notamment salué la bourgmestre Florence Reuter lors du gala de clôture.

Du côté des jurés de la compétition officielle, tant le président Vincent Lannoo que les comédiens Nicolas Gob, Catherine Jacob ou Hector Angevin ont souligné la qualité de l’organisation, et celle de la sélection qui conjuguait éclectisme et excellence.

Et le public ? C’est l’autre bonne nouvelle de cette septième édition. Pour la première fois, les Cinés Wellington ont fait plusieurs fois salle comble, alors que les longs métrages ou les documentaires projetés sont parfois des films relativement compliqués à "vendre" au public.

Et le record d’affluence , après quatre jours de festival, est battu : environ 5 200 personnes ont participé à ce WaHFF. Certains festivaliers ont vu l’ensemble des films en compétition et le Waterloo Village a accueilli environ un millier de personnes. Pas mal pour une première !

Parmi les temps forts de cette septième édition, les organisateurs pointaient notamment les rencontres avec les invités d’honneur qui étaient cette année le réalisateur Jean-Paul Rappeneau - dont la master class a attiré beaucoup de monde - et la comédienne française Anny Duperey. L’exposition des photos de cette dernière aux Écuries est également un joli succès.

Autre beau moment épinglé, la reconstitution d’un dîner "Downtown Abbey" affichant complet, avec plus de 80 % des participants en costume. Un charleston endiablé dansé par Anne Duperey et le président fondateur du festival, Yves Vander Cruysen laissera quelques souvenirs aux invités… et à l’échevin de la Culture qui s’est cogné le crâne contre une lampe et en gardait des traces bien visibles lors du gala de clôture !