Suspension de séance et appel à la police au conseil communal de Braine-l’Alleud.

Elle était annoncée et elle arrive : la maison des associations, hébergée dans l’ancien hôtel de ville, entrera en fonctionnement en septembre prochain. Un règlement d’ordre intérieur, discuté entre les différents partis en commission, fixe les conditions d’accès, de mise à disposition et d’utilisation des locaux qui ont été rénovés dans le bâtiment. Il a été soumis au conseil communal de lundi soir.

Côté Ecolo, on s’est réjoui du projet et que l’hôtel de ville soit désormais consacré aux associations, tant celles qui sont officiellement constituées que les associations de fait. " On est derrière le projet ", a résumé Aurélie Maréchal, avant d’exprimer trois réserves : la demande d’une définition plus claire des associations - c’était aussi un point de questionnement du PS -, l’établissement de critères à la reconnaissance d’une association par la commune, et un regret à propos de l’exclusion des partis politiques et des syndicats.

" C’est une maison des associations, et on veut que ce ne se soit que ça, a répondu le bourgmestre Vincent Scourneau. Les syndicats ont déjà tous des locaux et du côté des partis politiques, on est assez grands pour se structurer et trouver des endroits de réunions comme on le fait depuis toujours. Donc on ne reviendra pas sur ce point. "

Olivier Vanham, pour IB, a parlé d’un refus idéologique : que le bourgmestre MR de Braine-l’Alleud n’aime pas les syndicats n’est pas un secret, pour le conseiller humaniste. " On ne soutient pas cette position idéologique, a-t-il affirmé. Et ostraciser les partis politiques par rapport aux autres associations, dans le contexte actuel, c’est maladroit ."

"Procès d’intention , a répliqué le maïeur brainois. Vous vous enfoncez d’année en année, monsieur Vanham, vous suivez les traces de votre score ", a-t-il encore ajouté.

Ce qui a provoqué l’indignation de plusieurs personnes dans la salle, et une spectatrice s’est indignée publiquement avant de quitter l’assemblée. Une partie du public protestant, le bourgmestre a suspendu la séance pour ramener le calme et a appelé la police qui a dépêché deux agents sur place. La suite du conseil s’est déroulée sans incident.