Loin de la cohue de la rue Neuve ce mardi, les commerçants de Waterloo ont vu les clients revenir dans le centre-ville. De quoi redonner le sourire à Caroline Viniss, gérante du magasin “Muse”, dans la galerie Wellington, et auteure d’une lettre ouverte adressée à la bourgmestre et qui relayait la détresse du secteur.

La lettre ouverte a sûrement aidé à cette reprise, et j’insiste pour dire que Florence Reuter nous a beaucoup soutenus dans ce combat”. Les propos du ministre de la Santé Franck Vandenbrouck, qui a confié ce week-end aux médias que la fermeture des commerces visait à provoquer un électrochoc chez les citoyens, ont par contre beaucoup de mal à passer : “Parce que oui ce sont des décisions politiques et non des décisions sanitaires, on sait bien que ce n’est pas chez nous le problème, vous voyez bien qu’il n’y a pas foule”. Pour elle, les ventes de son secteur redémarreront sûrement ce week-end, car les conditions de réouverture un mardi pluvieux ne sont pas les meilleures.

Au magasin de jouets Zèbre à Pois, on se disait satisfait des chiffres en milieu de journée. “On a fait un bon démarrage sans qu’il soit exceptionnel”, résume Marie, l’une des vendeuses. Les clients se posent encore des questions. “Beaucoup de personnes téléphonent pour savoir s’ils peuvent venir, s’il n’y a pas trop de monde”, explique la vendeuse. “Des gens me demandent carrément si on est ouverts”, ajoute sa collègue Fanny. Ce week-end, elles attendent plus de monde vu l’approche de la Saint-Nicolas.

Une nouvelle très positive pour les commerçants waterlootois, mais ce n’est malheureusement pas le cas de tous. “Je trouve ça regrettable que la corporation des coiffeurs n’a pas quelqu’un pour porter leur voix. Je suis quand même triste ce matin en pensant à ceux qui ne peuvent pas rouvrir”, nous confie Caroline Viniss. Les salons resteront fermés au moins jusqu’au 1er février prochain.