La justice a tranché jeudi : la décision de la Ville de Bruxelles de fermer la boucle "sud" du bois de la Cambre a été jugée irrégulière par le tribunal civil de Bruxelles, suite à l'action intentée par la commune d'Uccle. Le tribunal ordonne à la Ville de Bruxelles de réouvrir la boucle le plus rapidement possible, sous peine d'astreinte.

Cette fermeture avait aussi fait grincer des dents en Brabant wallon, puisque de nombreux automobilistes de Waterloo, Plancenoit, Genappe et Braine-l'Alleud passaient par là pour se rendre dans le sud et le centre de Bruxelles. On se souvient que la Province du Brabant wallon avait écrit un courrier à la Ville de Bruxelles, pour montrer sa solidarité vis-à-vis des communes directement concernées et des navetteurs. De son côté, le cdH brabançon wallon, par la voix de son député André Antoine, a dénoncé cette situation à maintes reprises en commission de Mobilité du Parlement wallon.

Alors, forcément, dans les communes impactées, on se réjouit de cette décision de justice de rouvrir la partie sud du bois. "C’est enfin un peu de bon sens dans ce dossier, lâche Florence Reuter, la bourgmestre de Waterloo. Ce que je reproche, c’est que la Ville de Bruxelles prend à nouveau une décision sans réfléchir aux conséquences sur les communes voisines. Je comprends qu’on veut rendre le bois de la Cambre aux piétons et qu'on veut améliorer le cadre de vie, mais on ne prend pas de décision comme ça sans concertation. Il faut des alternatives. Le RER n'est pas terminé, le ring est bouché... Je veux bien qu’on change ses habitudes, mais ça ne se fait pas d'un claquement de doigt."