Si l’ouverture de la nouvelle piscine est reportée, ce n’est pas à cause de la situation sanitaire actuelle. Chiffres à l’appui, le bourgmestre explique que sur le plan local, l’épidémie est largement sous contrôle.

D’après les données qui lui ont été transmises, deux cas ont été déclarés le 6 août, deux encore le lendemain, puis il n’y en a plus eu durant quatre jours d’affilée. Un nouveau cas est apparu le 12, deux le 13, puis plus rien à nouveau pendant cinq jours. Et un patient brainois a été testé positif le 19 août. Rien de particulièrement alarmant, pour une ville de 40 000 habitants.

"Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas une augmentation dans une semaine : personne ne peut le dire, affirme Vincent Scourneau. Mais en tout cas, nous restons vigilants et la police effectue de nombreux contrôles pour s’assurer que les mesures sanitaires sont respectées."

Un rapport de la zone de police confirme : des patrouilles pédestres sont organisées dans le centre-ville et le respect des règles est également contrôlé dans les commerces.

Pour les magasins et l’Horeca, 232 vérifications ont été effectuées et seulement une vingtaine ont donné lieu à des remarques pour des transgressions légères par des employés ou des clients, parfois pour absence de masque ou masque mal positionné.

Au total, du 25 juillet au 19 août, 18 procès-verbaux ont été dressés. Deux l’ont été dans des commerces : un pour non-respect des horaires de fermeture pour l’Horeca, et un pour non-port du masque dans un magasin alimentaire. Les 16 autres P.-V. concernent des citoyens qui se promenaient sans masque dans les rues ou les espaces du centre-ville où c’est désormais obligatoire. Une partie des personnes ainsi épinglées étaient déjà connues de la police pour d’autres types de faits.