Waterloo - Braine l'Alleud Le parti de gauche dénonce la décision prise par la SNCB.

Service minimum aux guichets de certaines gares : le PTB n’en veut pas. En effet, le parti de gauche dénonce cette décision prise par la SNCB. En Brabant wallon, plusieurs gares seront touchées, à l’image de celle de Waterloo où les guichets seront fermés le week-end à partir du 5 août prochain. André Van Deuren, responsable du PTB pour le Brabant wallon, dénonce cette situation : "À l’heure où l’on fait face à des défis de mobilité et climatiques gigantesques, la SNCB décide… de réduire les horaires d’ouverture des guichets , note-t-il. Cette décision est inacceptable. Avoir du personnel en gare, au guichet est crucial. La SNCB ne voit que la logique de rentabilité. Or, le personnel en gare n’est pas uniquement là pour vendre des billets mais aussi pour accueillir et informer les usagers. Et une présence physique permet aussi de garantir plus de sécurité."

Mais Waterloo n’est pas la seule impactée par cette décision. À Braine-l’Alleud, la gare sera dorénavant fermée le dimanche après-midi alors qu’à Tubize, les navetteurs du dimanche trouveront des guichets fermés. "Partout en Belgique, la SNCB instaure un service minimum aux guichets toute l’année : des gares ouvertes à mi-temps ou fermées le week-end. La direction de la SNCB fait le choix de déshumaniser ses gares, poursuit le responsable du parti de gauche, qui dénonce aussi la stratégie de l’entreprise ferroviaire. On connaît la musique : plutôt que d’annoncer la fermeture de la gare, la SNCB commence, au nom de la rentabilité, par ouvrir les guichets à mi-temps. Conséquence ? L’utilisation des guichets baisse davantage, le nombre de voyageurs baisse, ce qui justifiera à terme une fermeture totale des guichets. La SNCB creuse ainsi sa propre tombe."

Et de plaider pour une tout autre logique : "Nous avons besoin de plus de trains, plus de gares, plus de personnel pour mieux servir les usagers, les informer. Tout cela attirera les usagers vers le train. Ce dont nous avons absolument besoin pour résoudre les files sur nos routes et lutter contre le réchauffement climatique", conclut André Van Deuren.