La piscine du Paradis de Braine-l’Alleud, ouverte il y a à peine 20 jours, a été obligée de fermer ses portes de façon préventive jusqu’au 19 novembre, suite aux décisions du gouvernement belge de vendredi dernier.

Avec une moyenne de 450 entrées par jour, une petite dizaine d’écoles inscrites et cinq clubs sportifs, la piscine du Paradis avait encore de beaux jours devant elle.

Beaucoup de Brainois se demandent tout de même pourquoi avoir ouvert pour refermer trois semaines plus tard. Geoffroy Matagne, président de la Régie Communale Autonome de Braine-l'Alleud, explique qu’après en avoir longuement discuté avec le bourgmestre, il était plus intéressant d’ouvrir malgré le risque d’un possible reconfinement : "Certains éléments ne poussaient pas en faveur de l’ouverture, comme l’envie d’apporter une sécurité maximale aux nageurs et au personnel et d’organiser une grande inauguration, explique le président. Par contre, les recrutements avaient déjà été faits et le personnel était en place, donc ça aurait été plus compliqué d’ouvrir en janvier, sans aucune certitude, et avec l’obligation de recommencer tout le processus de recrutement."

En effet, bien que courte, la période où la piscine a été ouverte a permis de tester la bonne organisation de la piscine : "Ces 20 jours d’ouverture ont été bénéfiques puisqu’on a pu tester tous les horaires, l’organisation, les enchaînements couloirs pour les clubs et les particuliers, les heures d’ouverture…"

D’après Geoffroy Matagne, cette mesure reste préventive puisque la pratique de la natation ne présente pas d'augmentation de risque de contamination, l'air de la piscine est continuellement renouvelé et le virus ne peut pas se propager dans les bassins grâce au chlore.