Le client a été jeté sur une palette de bois, puis maintenu au sol tandis qu’il recevait des coups dans les côtes et dans l’abdomen.

Dans la nuit du 23 au 24 février dernier, un client d’un bar de Waterloo avait déjà beaucoup bu lorsqu’il a pris la bouteille de champagne qui, croyait-il, venait d’être commandé pour lui par un ami. Ce n’était pas le cas et celui qui avait payé la bouteille l’a attrapé par le cou. Le jeune homme a réagi en lançant son poing, qui a atteint l’autre protagoniste à la pommette.

Les esprits se sont échauffés et le chef de la sécurité est intervenu avec un autre homme. Le client ivre a été emmené à l’extérieur, dans un coin non surveillé par des caméras. Et là, comme l’ont confirmé plusieurs témoins, il a passé un sale quart d’heure.

D’après la victime, mais son récit a aussi été objectivé par un certificat médical détaillant les nombreuses lésions encourues, il a été jeté sur une palette de bois, puis maintenu au sol tandis qu’il recevait des coups dans les côtes et dans l’abdomen. Il a également été touché à l’arcade sourcilière.

Le tribunal correctionnel s’est penché sur le dossier. La victime s’en tire avec la suspension du prononcé pour le coup donné au propriétaire de la bouteille, suite au quiproquo qui s’est déroulé dans la boite.

Pour les faits qui se déroulés à l’extérieur, le tribunal a considéré que le chef des portiers avait outrepassé son rôle: il écope d’une peine de travail de 180 heures, qui sera remplacée par quinze mois de prison en cas d’inexécution. L’idée est d’éviter le risque de récidive.

Quant à l’homme qui est intervenu à ses côtés, il ne disposait d’aucune accréditation pour intervenir en tant que membre de la sécurité comme il l’a fait ce soir-là. Il n’était pas venu s’expliquer lors du procès et écope dès lors, par défaut, d’une peine d’un an de prison ferme et d’une amende de 400 euros.