Poursuivi pour tentative de meurtre, le prévenu affirme avoir eu un "trou noir".

Le 19 août 2018, une habitante de Waterloo a appelé la police locale suite à une dispute sérieuse chez ses voisins. À l’arrivée de la patrouille, une dame était à l’extérieur, en sous-vêtements, recroquevillée contre une porte de garage. Il y avait du sang sur sa nuque et elle était blessée à l’arrière du crâne.

À l’intérieur de la maison, du mobilier était brisé, tout comme une porte-fenêtre. Il y avait du sang dans l’escalier menant à l’étage. Où un homme, le compagnon de la victime, était sous l’influence de la boisson et hurlait.

La dame a été emmenée à l’hôpital et ne voulait rien dire, par crainte de la réaction du père de ses enfants. Il est apparu que ce n’était pas la première fois qu’il la maltraitait. Le jour des faits, ils étaient allés ensemble dans un restaurant et elle avait décidé de rentrer plus tôt.

Lui, il avait prolongé la soirée et était rentré vers 3 h 30 du matin. Un différend a éclaté entre eux, il l’a prise par les cheveux et traînée dans le hall de nuit puis dans l’escalier.

La dame a été rouée de coups de poing et de coups de pied, et l’homme l’a également frappée avec une planche. Il a ensuite tenté de l’étrangler, sachant qu’un problème médical rendait cette manœuvre dangereuse. C’est à ce moment-là qu’elle est parvenue à s’enfuir à l’extérieur, et qu’une voisine a donné l’alerte.

L’homme a été poursuivi pour tentative de meurtre devant le tribunal correctionnel. Où il a expliqué qu’il ne buvait jamais, et qu’il a eu un "trou noir".

La justice a tranché : trois ans de prison avec un sursis probatoire pour ce qui excède deux ans.