Il y a plusieurs mois maintenant, Florence Reuter, la bourgmestre de Waterloo, commanditait un audit pour faire la lumière sur des agissements suspects autour de l'ASBL Waterloo Sports. "Dès le début de l’actuelle législature, un contrôle approfondi de l’ASBL Waterloo Sports a été réalisé dans le cadre d’une campagne générale de vérification des ASBL subsidiées par la commune, expliquent les autorités communales. À l’issue de ce long travail, le CA de Waterloo Sports a pris, en urgence, les premières mesures de réorganisation de l’ASBL. Il a notamment été décidé de mettre fin au contrat de son directeur."

Par la suite, le collège a pris le temps d’analyser la situation pour prendre les décisions adéquates. Et des choix forts ont été pris puisque la commune reprend la main sur la gestion et l’exploitation des infrastructures sportives, des missions qui étaient confiées à l’ASBL Waterloo Sports.

Ce qui implique une réorganisation. L’exploitation de la piscine Nausicaa va être confiée à une ASBL communale qui va bientôt être créée. Les activités tennistiques et l’Horeca devraient être concédés à un partenaire privé. Enfin, une régie communale ordinaire va être créée. Elle sera chargée de l’exploitation des autres infrastructures sportives communales, notamment de leur mise à disposition aux clubs de la commune, ainsi que de l’organisation de stages sportifs pour les jeunes. On parle ici du Hall des sports du Centre, de celui du Chenois, du stade du Pachy, des terrains de rugby, du boulodrome et du complexe sportif de Joli-Bois. "Il va de soi que cette réorganisation se fera avec le souci absolu de préserver le personnel actuel de l’ASBL Waterloo Sports. Le maintien de leurs emplois n’est donc pas mis en question", précisent les autorités communales.