Telle est l'invitation lancée par Brigitte de la Horie, à travers son exposition de peintures et sculptures "Territoires éphémères", du 9 septembre au 4 octobre, dans la salle d'exposition communale "Les Écuries". 
D’origine française, née à Ixelles d'un père sculpteur et d'une mère musicienne, Brigitte de la Horie n'a pas eu besoin de s'engager dans la création artistique, elle en est imprégnée depuis sa tendre enfance. Cela ne l'a pas empêchée de parfaire ses techniques (principalement la peinture mais aussi la sculpture) en s'inscrivant à l'académie mais aussi en suivant des cours dans divers ateliers. Depuis 1984, l'artiste expose aussi, seule ou avec d'autres, dans des salles, des galeries, des foires internationales, en Belgique et à l'étranger (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Grèce, Suisse). 
 Sa principale source d'inspiration ? La nature. Son style ? Un mélange d'art abstrait, de figuratif, de tachisme, de modernité épurée. Ses dadas ? Brosser à l'acrylique ou à l'aquarelle des sortes de paysages imaginaires composés de pièces de bois, d'eau, de sable du désert, de terre craquée, tout en nuances et en tendresse… mais aussi façonner du métal oxydé, des bois érodés, de la pierre pour leur donner des formes géométriques ou arrondies, intemporelles, souvent montées sur tiges de fer. Son tout ? Un ensemble poétique, inattendu, apaisant.