Ce jeudi, les élèves de 4 e secondaire de l’Athénée Maurice Carême ont bénéficié d’une formation appelée “mort subite”

Il tue plus que le sida, le cancer du sein et du poumon combinés. L’arrêt cardiaque inattendu concerne entre 10.000 et 15.000 Belges par an.

Pire, en moyenne 90 à 95 % d’entre eux n’y survivront pas, par manque d’aide adéquate et immédiate, mais aussi par manque d’infrastructures appropriées. “C’est une des raisons qui nous pousse à réaliser ce genre de campagne de sensibilisation où on apprend, notamment aux plus jeunes, les bons gestes à avoir en cas d’arrêt cardiaque avec les appareils adéquats comme un défibrillateur”, souligne Rémy Siddiqui Vademecom, de l’association Belgian Heart Rythm Association (BeHRA).

Durant une semaine, cette association va arpenter différentes écoles du pays. Une école est retenue par Province. En Brabant wallon, c’est l’Athénée Royal Maurice Carême à Wavre qui a bénéficié de cette journée de sensibilisation.

Ce jeudi donc, les 150 élèves des classes de 4e secondaire de l’établissement ont d’abord suivi une formation théorique d’une vingtaine de minutes, dispensée par le docteur Gonzalez, cardiologue à Saint-Luc.

La deuxième période était consacrée aux exercices pratiques avec la Minipop. Ce kit pédagogique est composé d’un mannequin et d’une cage thoracique en carton, avec lequel les élèves apprennent le massage cardiaque.


Retrouvez notre reportage complet dans notre édition de La Dernière Heure Brabant wallon de ce vendredi 5 mai.