Bruxelles La commission parlementaire chargée de la Mobilité a pris connaissance lundi des conclusions d’un audit externe sur l’agence.

Les problèmes de sous-effectifs de Bruxelles Mobilité rendent urgent le recrutement de 28,5 équivalents temps plein (ETP), tandis que 75 autres ETP supplémentaires sont nécessaires au bon fonctionnement de l’agence régionale de la Mobilité. C’est ce qui se trouve notamment dans les conclusions de l’audit externe se penchant sur le fonctionnement de Bruxelles Mobilité et réalisé par la société Ernst&Young. Un audit externe dont les membres de la commission Infrastructure du Parlement bruxellois ont pris connaissance ce lundi après-midi.

La commission spéciale chargée de se pencher sur les circonstances de la dégradation de l’état des tunnels de la capitale avait réclamé, début avril, lors de ses conclusions, la réalisation d’un audit externe par la Cour des comptes ou un autre organe qualifié. Le dit rapport devait permettre d’aider à l’amélioration du fonctionnement de Bruxelles Mobilité, une administration régionale notoirement en sous-effectifs.

Dans ses conclusions, Ernst&Young juge incontestable le besoin de ressources supplémentaires. Il s’agirait de recruter 103,5 ETP, dont 28,5 dans les plus brefs délais. Des chiffres qui se basent sur l’analyse des ressources présentes actuellement et ne tiennent donc pas compte des éventuels plans de recrutement futurs.

Un certain nombre de membres de la commission ont en tout cas réservé un accueil glacial à la présentation des premières conclusions du rapport, estimant que celles-ci répondaient insuffisamment à leurs attentes. "Je vous fais part de ma déception. Je regrette qu’on n’ait pas été beaucoup plus loin dans l’analyse des besoins, notamment en terme de profil des personnes nécessaires. Vous n’avez pas fait mention du rapport Arista (NDLR : sur le Bien-être au Travail) qui avait été évoqué il y a quelques mois", a lâché le député Ridouane Chahid (PS). "Ces quelques considérations générales suivies soudainement par des chiffres précis à la virgule près. C’est un manque de respect par rapport au travail effectué par la commission Tunnels", a insisté, de son côté, la députée Julie de Groote (CDH).

La commission infrastructure sera entièrement consacrée, la semaine prochaine, à l’analyse en profondeur du rapport.