Le service spécialisé de recherches "on line" de la zone de police Ouest a découvert un trafic illégal de feux d’artifice via l’application Snapchat et a pu localiser tant le lieu d’entreposage des feux d’artifice que le suspect sur le territoire de la commune de Molenbeek-Saint-Jean.

"Le suspect importait les feux d’artifice de l’étranger et les livrait via un compte anonyme. Des fusées d’artifice de toutes tailles, formats ou couleurs étaient mis en vente à l’appui de photos et de films de démonstration. Parmi ceux-ci, entre autres, le “mortier”, un objet pyrotechnique souvent utilisé contre les forces de l’ordre lors de troubles de l’ordre public", explique la police dans un communiqué.

Le prix de vente de ces feux d’artifice a même fait l’objet de promotions à l’occasion d’agitations sur le territoire de la commune d’Anderlecht fin du mois de novembre. Lors de la perquisition dans le box de garage du suspect, 150 kilos de feux d’artifice pour une valeur totale de 15.000 € ont été découverts. 

"Les feux étaient stockés dans de mauvaises conditions en plein cœur d’un quartier d’habitation et à proximité d’une école. La vente de feux d’artifice n’est pas seulement illégale, elle peut également avoir d’importantes conséquences pour la sécurité des personnes habitant aux alentours. Si un tel lieu de stockage venait à prendre feu, les dégâts pour les bâtiments voisins pourraient être conséquents", rappelle la police.

Le lieu de stockage a été vidé et un service spécialisé du SPF Economie est venu sur place pour récupérer l’ensemble des pièces. Le trafiquant a été privé de sa liberté et mis à disposition du juge d’instruction.

La zone de police rappelle enfin que l’usage de feux d’artifice est totalement interdit sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. Toute personne qui sera trouvée en possession d’objets pyrotechniques sera sanctionnée. La zone de police poursuivra ses actions de contrôle durant les semaines à venir.