L’interminable soupir du Conservatoire

Guy Bernard
L’interminable soupir du Conservatoire
©D.R.

BRUXELLES

50 millions et huit ans de rénovation pour le Conservatoire. Dès que gouvernement il y aura

PATRIMOINE Écrin de prestige, le Conservatoire royal de Belgique file en lambeaux. Au grand dam de mélomanes - avertis mais bénévoles - réunis de concert derrière l’ASBL Conservamus. L’objet de la structure songeant, déjà, à se muer en société anonyme ? La refonte du 30, rue de la Régence comme de ses annexes.

12.000 paraphes. C’est ce que les membres de l’association portée sur les fonts baptismaux début 2007 ont très vite accumulé. Parce que, “maintenant, il y a vraiment urgence”.

Porte-parole de ce combat patrimonial, Stefaan Guilliams n’en fait pas mystère : bloquée par l’absence de gouvernement, la titanesque ambition de redorer le lustre du fédéral joyau historique résonnant (quasi) au pied du palais de Justice croule. Sous l’ampleur de la tâche.

Il n’est qu’à faire son tour pour s’en convaincre. “Le toit même pose problème”, convient le guide, alors même que stucs ou plafonnages sont en passe de céder. Dans le dédale du temple musical, une humidité hallucinante qu’au sommet d’un escalier des seaux récoltent. Et que dire d’une ex-classe, abandonnnée et au plancher troué ?

“Il s’agit d’un lourd dossier politique”, confesse Stefaan Guilliams. “Nous sommes en contact avec tout le monde. Les textes de création de la SA sont prêts. Mais faute de vote…”

Faute d’avancée fédérale, l’enceinte aux deux institutions (Koninklijk Conservatorium Brussel et Conservatoire royal de Bruxelles) patiente. Quand on évoque un chantier d’une petite décennie, d’au bas mot 50 millions d’euros, on n’est plus - tout à fait - à ça près. Quoique…

Facile à supposer : l’exploitation même de l’ultime œuvre (1872-1876) de Jean-Pierre Cluysenaar, l’architecte des galeries Saint-Hubert, s’avère sujette à caution. Ne fût-ce que parce que sécurité, gaz ou électricité n’y sont plus partout garantis.

Outre le coup de peinture, le plan – “Pas encore entamé ! Cela coûte beaucoup d’argent !” - envisagera l’extension de studios et de classes. À quel horizon ? Ça, c’est une autre partition.



© La Dernière Heure 2011

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be