St-François, un parc coupé de toute sécurité

"La majorité traîne les stigmates des 13 années précédentes. "En un plaidoyer (officialisé lundi prochain, en séance publique) pour redorer le blason du parc Saint-François, Thierry Balsat ne se lassera pas d’épingler l’exécutif version Jean Demannez (PS).

Bernard Guy
Parc Saint-François - rue de la Poste Saint-Josse-Ten-Noode Thierry Balsat
Parc Saint-François - rue de la Poste Saint-Josse-Ten-Noode Thierry Balsat ©© Bauweraerts D

"La majorité traîne les stigmates des 13 années précédentes."

En un plaidoyer (officialisé lundi prochain, en séance publique) pour redorer le blason du parc Saint-François, Thierry Balsat ne se lassera pas d’épingler l’exécutif version Jean Demannez (PS). Vrai qu’au matin du 17 avril 2007, l’intérieur d’îlot pentu étrenna une réno very expensive (1 million € dont 690 à charge de l’entité !) mais, chose unique, subventionnée.

Las ! Six ans plus tard, les 36 ares font tache. Et suscitent de légitimes inquiétudes.

"S’occuper d’enfants, c’est prévenir !", se sent obligé de souligner le mandataire, dès avant de pointer ces "lamelles de métal" qui, à force de glissades des bambins, ressortent d’un monticule bleu. "Deux d’entre eux m’ont déjà dit s’y être coupés…"

Mais poursuivons la visite du 51 rue de la Poste que dès Pâques 2007, d’aucuns critiquaient.

Est-ce là un jardin ou un parc ?, s’interrogeaient des quidams, ébaubis de l’absence de jeux pour la jeunesse -hors trois toboggans identiques et une cabane. Aujourd’hui, les réserves portent davantage sur l’intérêt communal pour le Saint-François.

Les tapis d’herbe synthétique, comme les surfaces jaunes, rouges ou bleues ont viré au crade. Au très crade. Tout au bout de cette inclinaison colorée, des sacs de sable évitent, très artisanalement et une inondation un étage plus bas et de dommageables chutes du jeune public. Enfin… pour l’instant ! Quant à ce mur sur lequel les tonnes de terre d’un jardin attenant font pression, Thierry Balsat se demande jusqu’à quand il résistera. Ne décèle-t-on pas, déjà, des fissures côté parc ?

Aussi le conseiller indépendant y ira-t-il d’une question élémentaire, lundi : "Qu’attend la commune pour agir, elle qui a déjà été plusieurs fois alertée de la situation par les gardiens de parc ?"

Jusqu’à preuve du contraire, le suspense s’incruste. Un : Mohammed Jabour (PS, Espaces verts) fera un tour par le Saint-François. À la rentrée. Mais il remballe le dossier chez son collègue des Travaux publics… une compétence qui était sienne en 2007. Deux : Eric Jassin (CDH), ledit collègue, jure que les espaces verts -même faux- incombent au premier. Et si pendant la guéguerre quelqu’un se blesse sérieusement ?

Guy Bernard

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be