Bruxelles tient son grand musée de la bière

Le financement de 22,5 millions d’euros a été trouvé.

Nathan Gonze
Rapport sur l avenir d Euronext Bruxelles, visite et illustration de la bourse © REPORTERS / T. du Bois
Rapport sur l avenir d Euronext Bruxelles, visite et illustration de la bourse © REPORTERS / T. du Bois ©Thierry du Bois

Le financement de 22,5 millions d’euros a été trouvé.

On l’appelle pour l’heure le Beer Palace mais, selon toute vraisemblance, la grande expérience qui prendra place dans La Bourse à l’horizon 2018, censée refléter toute la diversité et la créativité de la bière belge, prendra un autre nom pour le moment encore inconnu.

Hormis ce détail, le projet avance bien. Il est en passe de se concrétiser car son financement est désormais acquis. La Ville de Bruxelles, propriétaire du bâtiment, a désormais récolté 22,5 millions sur les 25 attendus. Le coup de pouce salvateur est venu tout dernièrement du fond Feder et de ses 7,2 millions (Europe et Région).

Beliris (Fédéral) et Ville de Bruxelles injectent également 5 millions tout comme un groupe de trente brasseurs. Ils représenteraient à eux seuls 95 % de la production belge. On retrouve parmi ceux -ci les géants AB Inbev, Alken-Maes ou Duvel-Moortgat mais aussi des brasseries plus modestes. Elles se sont regroupées en entités avec à leur tête un administrateur. Il en est ainsi pour les Trappistes par exemple. Un accord devrait prochainement être trouvé avec la Brasserie de la Senne et Cantillon pour que le musée dispose d’un espace dédié au petit monde brassicole de Bruxelles.

La conceptualisation du projet est, elle aussi, imminente. Six bureaux sont encore en lice pour remporter l’aménagement du bâtiment et définir sa scénographie. Le lauréat sera dévoilé début juillet. Pour l’échevin du Tourisme, Philippe Close (PS), "ce sera une vraie rupture architecturale". "Un geste fort qui risque de faire polémique", ose-t-il même.

C’est qu’une bonne partie de la complexité du dossier tient au caractère classé de l’ancien temple de la finance. L’édifice éclectique du 19e siècle a une identité forte. "Toute la difficulté sera de ne pas corrompre le bâtiment tout en faisant vivre l’expérience la plus complète et la plus moderne possible", ajoute Philippe Close.

Il reste néanmoins du chemin à parcourir pour définir précisément ce qui se trouvera et surtout ce qui ne se trouvera pas dans le centre de référence de la bière belge. "Nous n’avons pas envie d’être élitistes mais nous n’avons pas envie non plus d’être folkloriques", résume Charles Leclef à la tête de la brasserie Het Anker et qui représente les intérêts de 7 brasseries. "Il faudra en même temps utiliser les nouvelles technologies mais aussi être proche du produit."


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be