Une crèche ouverte aux enfants "différents"

La Creche Kid’s Academy tente toujours de garder une place aux bébés différents, à l’image de la petite Lara, atteinte de trisomie.

J. Th.
Photos Bernard Demoulin: Creche rue de la paix a Koekelberg
Photos Bernard Demoulin: Creche rue de la paix a Koekelberg ©© Bernard Demoulin

La Creche Kid’s Academy tente toujours de garder une place aux bébés différents, à l’image de la petite Lara, atteinte de trisomie.

"Lara (prénom d’emprunt) a toujours eu plein d’énergie. Ici, dans la crèche, elle a pu apprendre à danser et chanter car le personnel a été très patient avec elle. Je sais aussi que ce qui a aidé beaucoup dans son développement, c’est être en présence d’enfants normaux, même si Lara aussi est normale", explique Patricia (prénom d’emprunt). Cette Bruxelloise de 29 ans est la maman de la petite Lara, une petite fille atteinte de trisomie mosaïque, c’est-à-dire une trisomie qui n’est pas intégrale. Ce samedi après-midi, la maman a fait le déplacement pour la journée portes ouvertes de la Creche Kid’s Academy. Si la petite Lara, désormais âgée de 3 ans, ne fréquente plus la crèche, ayant fait sa rentrée en 1re maternelle, la maman n’a pas hésité à venir afin de rendre hommage au travail effectué par le personnel de cette crèche koekelbergeoise. Il n’est pas si fréquent, insiste Patricia, de trouver une crèche accueillant des bébés différents.

"Je pense que la mixité est une richesse. C’est bien pour l’enfant différent, mais aussi pour les enfants dits ordinaires", indique, de son côté, Nadira Koummal, la directrice de la crèche. "Je me souviens encore du jour ou Patricia a passé la porte avec Lara. Je n’ai pas hésité une seconde", sourit cette femme de 36 ans, alors que, derrière elle, est affiché sur le mur le slogan suivant : "La différence est une chance !"

Si la crèche n’est pas la seule structure d’accueil accueillant des bébés atteints du syndrome de trisomie, toutes les crèches ne le font pas pour autant. Il faut à la fois le soutien actif de la direction et de son personnel, car le bébé demandera plus de patience, mais aussi l’implication d’une structure telle que l’organisation Étoile Polaire. Avec ses différents spécialistes, cette structure berchemoise accompagne étroitement les enfants atteints de troubles divers lors de leur scolarité. "Lara est un enfant très dynamique et qui a toujours bien participé aux séances", explique Fabienne Pochet, une psychologue de l’Étoile Polaire.

Mais trouver une place dans une crèche n’est pas le plus difficile, c’est trouver après une école normale qui est plus compliqué, souligne Patricia, même si sa fille a pu intégrer une école normale dans le nord-ouest.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be