"Le Coran est un peu comme un supermarché"

L’islamologue Rachid Benzine a donné lundi à Molenbeek une formation sur l’islam et le radicalisme à plus de 100 travailleurs de terrain.

Julien Thomas
"Le Coran est un peu comme un supermarché"
©demoulin

L’islamologue Rachid Benzine a donné lundi à Molenbeek une formation sur l’islam et le radicalisme à plus de 100 travailleurs de terrain.

Le Coran est une sorte de supermarché dans lequel chaque idéologue fait son shopping et vient chercher le verset qui lui permettra de justifier son discours. Il n’y a pas un bon Islam et un mauvais Islam, mais autant d’Islams différents qu’il existe de croyants. Même une lecture littérale du Coran n’est finalement qu’interprétation et subjectivité. Quant au port du voile, son origine initiale n’était pas religieuse, mais sociale et politique.

C’est, en substance, ce que l’islamologue Rachid Benzine a expliqué, hier matin, à une centaine de travailleurs sociaux lors d’un séminaire évoquant la manière d’aborder la question religieuse et du Coran, en particulier avec les jeunes. Une courte formation dispensée dans le cadre de la politique de prévention du radicalisme violent menée par l’échevine molenbeekoise de la Jeunesse Sarah Turine (Ecolo) et qui est une première de son genre en Région bruxelloise.

Travailleurs sociaux , formateurs pour adultes peu qualifiés, enseignants d’écoles communales de Molenbeek, ou encore membres du Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ) : les personnes présentes lundi avaient pour point commun de pouvoir être confrontés de près ou de loin à des jeunes radicalisés et tenant un discours religieux extrême.

Rencontrer Rachid Benzine, c’était pour les travailleurs de terrain, tous venus sur base volontaire, l’occasion de tenter de mieux cerner le schéma de pensée de certains jeunes. "Cela nous fait de la nourriture intellectuelle", résume Ina, 51 ans, du CCLJ, alors que le séminaire est sur le point de débuter.

"On ne peut travailler sur la violence, mais aussi la paix, dans le Coran en se basant sur un seul verset. Il faut absolument se baser sur l’ensemble du livre. Ce livre est une sorte de puzzle, et en retirer une seule pièce n’a pas de sens", a insisté le conférencier, prenant pour exemple la sourate 9, dont la phrase "tuez les associateurs" fait souvent polémique.

"Il faut bien lire l’ensemble du passage, lequel s’adresse d’ailleurs aux musulmans du 7e siècle, et voir que la suite du verset contredit cette phrase ", souligne Rachid Benzine, alors qu’il est question des personnes qui ne faisaient pas à l’époque uniquement allégeance à l’Islam. "Certains jeunes de Molenbeek ou d’autres communes bricolent une idéologie avec un certain nombre de notions traditionnelles. Certains jeunes ont du mal à s’inscrire à Molenbeek ou dans un territoire donné. Ils optent alors pour un univers virtuel", ajoute l’islamologue.

Le séminaire de lundi était aussi l’occasion pour Rachid Benzine de tordre le cou à une idée très répandue : seuls les jeunes mal dans leur peau partiraient rejoindre Daech. "C’est la seule internationale qui existe aujourd’hui, et certains jeunes se laissent séduire par l’idéal proposé par Daech", a-t-il expliqué, alors que la matinée touchait à sa fin.


Sarah Turine (Ecolo), échevine molenbeekoise de la Cohésion sociale, du dialogue interculturel et de la jeunesse:"Un discours intéressant à entendre car cela fait débat"

"Ce séminaire, c’est deux démarches qui se rejoignent : il y a le travail de lutte contre la radicalisation et le dialogue interculturel que l’on mène également depuis le début de la législature. Dans le cadre de la lutte contre le radicalisme, Mourad Benchellali (NDLR : un ancien détenu français du camp de Guantanamo) était par exemple aussi déjà venu témoigner dans une mosquée de la commune. C’est intéressant d’entendre Rachid Benzine pour amener un autre point de vue sur la sunna et le Coran. C’est intéressant d’entendre cela, parce que cela fait débat".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be