Bruxelles-Ville : Le chantier qui empêchait de dormir devrait cesser

Des travaux de démolition d’un bâtiment de huit étages se déroulaient exclusivement la nuit

Ghilain Hélène
Bruxelles - Demolition de l'ancien batiment du Celor sis au coin de la rue Bischoffsheim et de la rue des cultes
Bruxelles - Demolition de l'ancien batiment du Celor sis au coin de la rue Bischoffsheim et de la rue des cultes ©JC Guillaume

Des travaux de démolition d’un bâtiment de huit étages se déroulaient exclusivement la nuit.

"Une situation absolument intenable". Voilà comment un témoin nous décrit les conditions dans lesquelles se déroule la démolition de l’ancien bâtiment du Selor situé sur le boulevard Bischoffsheim, près de la station Madou. Depuis lundi soir, les travaux qui avaient commencé en mai et été interrompus six semaines ont repris de plus belle.

Cependant, les riverains se plaignent de la manière dont se déroule la démolition. En effet, sur demande de la Ville de Bruxelles, les travaux de déconstruction se déroulent exclusivement entre 18h et 6h du matin. Impossible pour les habitants de la zone de dormir la nuit. "Nous n’arrivons pas à dormir à cause du bruit insupportable des outils de démolition, déplore le témoin, avec la poussière, cela nous empêche d’ouvrir les fenêtres alors que nous sommes en plein été."

Ne supportant plus la situation, ce riverain a décidé de porter plainte à la police pendant la nuit de ce lundi. Il était déjà la 23e personne à dénoncer les nuisances provoquées par ce chantier. La police est venue sur place mais n’a pu que constater la situation à laquelle elle ne pouvait rien y faire. En effet, l’entreprise de démolition dispose d’une dérogation pour travailler la nuit, signée par l’échevine bruxelloise Karine Lalieux (PS) mi-juillet en sa qualité de bourgmestre faisant fonction. "C’est une décision prise en collaboration avec la police, la Commission de coordination des chantiers et la Stib", explique le cabinet de l’échevin de l’Urbanisme Geoffroy Coomans de Brachène (MR). "Nous avons demandé une dérogation pour des raisons de sécurité. Il est impossible de réaliser ce chantier de jour car cela voudrait dire qu’il faut fermer une partie de la petite ceinture et l’entrée de la bouche de métro Madou".

Pour notre témoin , habitant dans une rue perpendiculaire au boulevard Bischoffsheim, les travaux pourraient se dérouler en journée. "Nous sommes en période de vacances, de toute façon il n’y a pas beaucoup de trafic sur les routes."

Du côté de la Ville, on admet que ce n’est pas fréquent qu’un chantier de nuit prenne place sur un îlot situé au cœur d’un quartier résidentiel. "Nous savons que de nombreuses personnes se sont plaintes mais nous essayons de faire ces travaux dans les meilleures conditions possible", ajoute le cabinet.

Cependant, après de nombreuses plaintes reçues par la commune ce mardi, il devrait finalement être décidé de cesser ces travaux la nuit. La meilleure alternative sera de travailler de jour, mais durant les week-ends, sur une plus longue période, donc. Les dispositions à prendre quant à la fermeture de la petite ceinture et la bouche de métro Madou n’ont pas encore été précisées.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be