Feu vert pour l'installation de distributeurs de seringues dans la capitale !

L’objectif est triple : faciliter l’accès au matériel stérile d’injection, accompagner la dépendance pour ouvrir des opportunités de soins, réduire les nuisances et l’insécurité.

Arnaud Farr
Feu vert pour l'installation de distributeurs... de seringues dans la capitale
©FAHY

L’objectif est triple : faciliter l’accès au matériel stérile d’injection, accompagner la dépendance pour ouvrir des opportunités de soins, réduire les nuisances et l’insécurité.

La proposition de résolution visant la mise en place de stéribornes en Région bruxelloise a été votée à l’unanimité ce mardi après-midi en commission Santé Cocof. “Notre objectif est de développer et financer ces dispositifs. C’est une avancée significative”, se réjouit Zoé Genot, cheffe de groupe Ecolo, cosignataire de la résolution.

Les grandes villes qui pratiquent la réduction des risques (HIV, hépatite,…) proposent toutes des automates accessibles 7 jours sur 7, 24h sur 24, pour permettre à toutes et tous de pouvoir bénéficier de matériel d’injection ou d’inhalation stérile, et ce de manière anonyme et gratuite.

“À Bruxelles, de résistances locales en frilosité électorale, les stéribornes ne sont toujours pas lancées. Aujourd’hui le Parlement demande clairement leur mise en place, un pilotage, et une évaluation”, précise-t-elle.

Concrètement, via ces bornes, les usagers peuvent avoir accès à une Stéribox contenant du matériel propre, et ceci selon un double procédé d’échange : soit via un jeton spécifique délivrant le matériel adéquat, soit via la remise d’un matériel usagé qui, une fois récupéré, permet de recevoir le même matériel. L’objectif est triple : faciliter l’accès au matériel stérile d’injection, accompagner la dépendance pour ouvrir des opportunités de soins, réduire les nuisances et l’insécurité.

“Nous sommes favorables à l’instauration de stéribornes sur le territoire bruxellois en ce sens qu’elles compléteraient la gamme d’options accessibles aux toxicomanes afin de se procurer du matériel stérile. En effet, cette option se rajouterait aux pharmacies qui peuvent distribuer des pochettes stérifix ainsi qu’aux comptoirs d’échange de seringues et cela fait bien partie, comme le rappelle la proposition de résolution, des objectifs développés au sein du plan bruxellois de réduction des risques liés à l’usage des drogues”, explique David Weytsman (MR), député bruxellois.

Mais des études complémentaires doivent encore être réalisées afin de voir combien de distributeurs seront installés – en coulisses on parle d’environ 5 distributeurs dans un premier temps -, les endroits où ils seront installés et comment ce dispositif sera-t-il financé. “Le MR soutient cette proposition tout en étant vigilant quant à l’opérationnalisation concrète d’un tel dispositif, son coût et surtout son évaluation”, conclut David Weytsman.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be