Manifestation des chauffeurs de limousine à la place Poelaert, l’un de ceux attaqués en justice témoigne (VIDEO)

Le rassemblement s’est déroulé dans le calme et sans incident.

Le rassemblement s’est déroulé dans le calme et sans incident. 

Les chauffeurs de limousine étaient présents en nombre ce mercredi matin devant le palais de Justice, pour soutenir certains de leurs collègues. La manifestation a démarré vers 10 heures avec l’arrivée des différents véhicules. Les chauffeurs ont ensuite rejoint le monument À la Gloire de l’Infanterie Belge situé sur la place Poelaert. Ils ont déployé une banderole “1 000 entreprises en danger”. Pour rappel, le secteur des taxis s’oppose à ce que des chauffeurs puissent se servir d’une licence limousine LVC (location de voitures avec chauffeur) et demandent des astreintes s’élevant à 1 million d’euros par jour.

Manifestation des chauffeurs de limousine à la place Poelaert, l’un de ceux attaqués en justice témoigne (VIDEO)
©D.R.


Une dizaine de chauffeurs se trouvent actuellement au cœur d’une action en cessation du secteur des taxis contre la plateforme Uber. L’un de ceux visés, Anas Bokhany a livré son témoignage ce mercredi à la Dernière Heure. L’homme dénonce selon lui un lobby des taxis à Bruxelles. “On respecte les taxis et on ne s’approche pas de leurs stations par exemple. De leur côté, ils se permettent de nous harceler, de casser nos vitres ou rétroviseurs. Ce qui me dérange c’est qu’ils portent plainte contre des sociétés de location de voitures avec chauffeur qui paient leurs impôts et qui sont en règle. On a un numéro de T.V.A., une plaque et un numéro de location. On respecte la réglementation. J’ai monté ma société et je fais travailler quelques personnes. Il y a des familles derrière tout cela. Ils doivent comprendre que l’on travaille par des réservations internet. Uber est un partenaire pour nous. C’est un client. Je suis confiant pour la suite du procès. On se bat contre un lobby. Ce qui est délirant, c’est que pour certains le fait de payer toutes les taxes est légal, mais que notre travail ne l’est pas. C’est une action en justice que je trouve injuste”.

Le chauffeur de limousine demande aussi au gouvernement de clarifier la situation pour le bien de tous. “Il y a manifestement un flou dans la loi. C’est au pouvoir politique de se positionner d’une façon ou d’une autre. Cela bloque sur la clause de la durée du contrat avec Uber de minimum 3 heures notamment. Nous avons des contrats de maximum 12 heures actuellement. Le secteur des taxis considère que notre client est celui dans la voiture et non Uber qui est notre intermédiaire. La situation est comme cela depuis 2 ou 3 ans. Il y a un problème concernant la définition claire dans la loi de la relation entre une société et un partenaire apparemment”, indique Anas Bokhany. 

Manifestation des chauffeurs de limousine à la place Poelaert, l’un de ceux attaqués en justice témoigne (VIDEO)
©D.R.


L’association belge des chauffeurs de limousine (ABCL) est quant à elle très satisfaite de la mobilisation de ce mercredi matin. Elle tient à rappeler son soutien aux chauffeurs attaqués, mais également à Uber. “On est là pour montrer qu’on existe. On fait partie de la mobilité bruxelloise. Les chauffeurs de limousine soutiennent, via cette action, leurs collègues attaqués en justice. On a le droit de travailler avec qui l’on veut. Uber n’est pas notre seul client. On a aussi des ambassades ou des hôtels par exemple. D’ailleurs certains présents aujourd’hui ne travaillent pas avec Uber. On respecte la loi, je le redis. Je tiens à signaler que nous n’avons aucun problème avec les taxis de notre point de vue. Il y a évidemment une poignée qui est virulente. On se bat contre eux”, relate Cetim Erdem vice-président et porte-parole de l’ABCL. 

Le rassemblement s’est déroulé dans le calme et sans incident.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be