Bruxelles: les ongleries polluent l'air des galeries du Centre

Suite à une inspection, des infractions ont été constatées en novembre dernier et les instituts ont reçu un avertissement

MdK
Bruxelles: les ongleries polluent l'air des galeries du Centre
©GUILLAUME JC

Suite à une inspection, des infractions ont été constatées en novembre dernier et les instituts ont reçu un avertissement.

Maux de tête, nausées et difficultés respiratoires... De plus en plus d'employés des différents commerces situés dans la galerie du Centre se plaignent de ces symptômes, liés à la qualité de l'air qui y règne. Il semblerait en effet que la multiplication des ongleries dans ce lieu confiné ait un impact important sur l'air qui serait devenu "irrespirable". C'était d'ailleurs l'objet d'une question de la députée bruxelloise Viviane Teitelbaum (MR) adressée au ministre de l'Environnement Alain Maron (Ecolo) ce mercredi. Cette galerie composée d’une trentaine de commerces, a vu, en 2015, cinq bar à ongles s’installer dans les locaux commerciaux du rez-de-chaussée. Depuis, les instituts affluent et sont passés, en quatre ans, de 5 à 22.

"La puissante odeur et les particules de solvants envahissent, outre l’ensemble de la galerie, la réception et les lieux jouxtant les salles de cinéma", note la libérale. "Pensons alors tant aux personnes visitant la galerie qu’aux membres du personnel du cinéma présents dans cette galerie, qu’à celles et ceux travaillant et fréquentant les ongleries, qui se voient obligé.e.s de travailler dans un lieu où l’air est nuisible pour leur santé."

En avril 2019, après plusieurs analyses de Bruxelles Environnement, une commission de concertation pour l’octroi d’un permis d’environnement s'est tenue. La plupart des unités commerciales de la galerie n’en disposaient plus depuis 2014. Ainsi, le permis a été octroyé en mai 2019 sous plusieurs conditions. La commission demandait d'interdire l’exploitation des stocks de solvants entreposés au sein des ongleries, mais aussi d'interdire l’usage de l’espace de circulation de la galerie comme lieu de rejet d’air en provenance des cellules commerciales. Parmi les autres revendications: imposer une norme de qualité de l’air au sein de la galerie et nettoyer périodiquement les deux ouvertures assurant la circulation de l’air au niveau du parking souterrain.

"Depuis lors rien n'a changé", déplore Viviane Teitelbaum. "Une inspection pour assurer le respect du permis d’environnement est-elle prévue ?"

Dans sa réponse, Alain Maron rappelle qu'une inspection a déjà eu lieu le 14 octobre dernier. "Des infractions y ont été constatées suite auxquelles un avertissement a été envoyé le 20 novembre 2019 demandant de remédier à la situation dans un délai de 45 jours ouvrables", explique le ministre. "Une nouvelle visite d’inspection est prévue après échéance du délai d’avertissement et en fonction des éléments de réponse reçus par les contrevenants. L’inspectorat en est donc au stade de l’avertissement. J’ai demandé qu'il me tienne au courant des prochaines évolutions de leur contrôle pour faire respecter le permis d’environnement de la galerie et ainsi protéger la santé des travailleurs, usagers et riverains."

Pas de norme de qualité de l'air intérieur à Bruxelles

Cette situation dans la galerie du Centre relève aussi un autre constat. À Bruxelles, aucune norme n'existe pour la qualité de l'air intérieur. "Bruxelles Environnement a procédé à plusieurs analyses de l’air de la galerie du centre mais comme il n'y a pas de normes ou recommandations en matière de qualité de l’air dans les espaces fermés, les mesures ont été comparées à titre indicatif aux valeurs limites imposées dans d’autres régions", explique Viviane Teitelbaum (MR). "Dans cette commission, nous nous sommes à maintes reprises intéresssé.e.s à la qualité de l’air que nous respirons à l’extérieur, dans nos rues, nos parcs. Mais qu’en est-il de la qualité de l’air dans les lieux fermés fréquentés par le public ?"

Le ministre rappelle toutefois que Bruxelles Environnement a établi une série de recommandations destinées notamment aux patients dont le médecin a fait appel à l’Ambulance Verte CRIPI et qui ont donc bénéficié d’un diagnostic de pollution intérieure dans leur habitation. "Ces recommandations sont répertoriées par thématique et sont téléchargeables sur le site internet de Bruxelles Environnement", précise-t-il. "En milieu scolaire, des recommandations sur l’air intérieur ont également été proposées via un guide Scol’Air édité en mai 2019 et également téléchargeable sur le site internet de Bruxelles Environnement."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be