La "1897" : L'Union s'offre une bière... avant le titre ?

Il s'agit d'une bière de type saison, à laquelle a été ajouté un peu de lambic. Développée par Cantillon et En Stoemelings.

Belga
La "1897" : L'Union s'offre une bière... avant le titre ?
©BELGA

L'Union Saint-Gilloise n'en finit plus de surprendre. Non contente d'avoir accédé à l'élite du championnat belge de football, elle domine aujourd'hui cette première division de la tête et des épaules. L'exploit et 125 ans d'histoire valaient bien une petite bière et le club n'a pas renié ses supporteurs de toujours, en retenant la brasserie Cantillon, tout en ajoutant une touche de modernité avec la jeune brasserie En Stoemelings. La "1897" (5,7% vol. alc.), dévoilée mardi, est une bière de type saison, à laquelle a été ajouté un peu de lambic.

Chez Cantillon, on a connu la période de disette du club qui a duré de nombreuses décennies. Jean Van Roy, actuel patron de la brasserie, a l'impression aujourd'hui de vivre un rêve éveillé et reconnaît qu'un parallèle peut être fait entre le retour au sommet des Unionistes et le succès rencontré actuellement par la gueuze, spécialité de la brasserie. "Le lambic a connu sa phase de régression dans les années '60 et on revient sur le devant de la scène depuis une dizaine d'années. Autour de l'Union, on commence à retrouver une certaine effervescence depuis le retour en D2 en 2014", analyse le brasseur.

Le rapprochement entre Cantillon et le club bruxellois allait donc de soi, et ne date pas d'hier. "En 2004, nous avions fait une Cuvée des Champions pour fêter le centenaire du premier titre du club." La bière est entrée dans la gamme permanente de la brasserie sous l'appellation Cuvée Saint-Gilloise. "Mais c'est du lambic. Ce n'est pas vraiment une bière de supporteur", reconnaît le brasseur qui se félicite de la nouvelle initiative menée avec En Stoemelings. "Dans les tribunes du stade, vous voyez les têtes de gars de (brasseries de) La Mule, de la Senne, En Stoemelings… C'est donc bien que cette présence se retrouve dans la nouvelle bière."

A propos de celle-ci, il rappelle que, historiquement, du lambic, caractérisé par une certaine acidité, était déjà ajouté aux bières "saison" à une certaine époque. "Nous-mêmes avons déjà fait ce style de bière avec la brasserie de la Senne, par exemple."Les responsables d'En Stoemelings, à l'image de leur brasserie née dans les Marolles en 2015, aujourd'hui installée non loin de Tour & Taxis, ne présentent pas la longévité de l'Union, ni de Cantillon. Mais ils n'en sont pas moins des habitués du stade logé aux abords du parc Duden. L'Union a d'ailleurs conclu un partenariat avec En Stoemelings à l'été 2021. "L'engagement financier n'est pas anecdotique pour une petite brasserie comme la nôtre, mais quelle fierté de pouvoir afficher notre nom le long du terrain", exprime Samuel Languy, cofondateur d'En Stoemelings.

Aujourd'hui, la collaboration se matérialise par une bière créée spécialement pour le club. L'Union n'évolue pas pour rien dans la "Jupiler" Pro League et AB InBev restera le maître de cérémonie attitré pendant les matchs dans le stade. La "1897", qui marque l'année de création de l'USG, sera servie au "club house" et disponible à la boutique du club et à la brasserie ainsi que dans quelques établissements bruxellois.

Si le choix de Cantillon s'imposait pour le club, Samuel Languy est aussi convaincu qu'En Stoemelings se révèle un choix pertinent. "Le succès que connaît à nouveau l'Union peut être comparé au renouveau brassicole observé à Bruxelles ces dernières années", commente-t-il.

En effet, alors que Cantillon est restée longtemps la seule brasserie en activité à Bruxelles, depuis une décennie, une dizaine de nouvelles brasseries ont vu le jour.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be