Mobilité à Bruxelles : Le MR demande un moratoire sur les scan cars

Le MR bruxellois a demandé mardi la suspension de l'utilisation par parking.brussels de scan cars et scooters durant quelques mois, jusqu'à ce que les dysfonctionnements observés jusqu'ici soient solutionnés.

Mobilité à Bruxelles : Le MR demande un moratoire sur les scan cars
©JC Guillaume

À Bruxelles, comme dans d'autres grandes villes, les scan cars ont fait leur apparition depuis quelques années. Aujourd'hui, selon le MR, huit voitures et trois scooters circulent pour parking.brussels dans les 10 communes sur 19 qui ont remis leur stationnement entre les mains de l'agence.

D'après les libéraux bruxellois, si l'on compare les mois de juin 2020 et juin 2021, on constate une augmentation de 50% des contraventions émises par parking.brussels. Celle-ci s'explique par une progression de 150% de redevances liées aux scan cars, à même de contrôler jusqu'à 10.000 véhicules par jour. Toutefois, en raison de nombreux dysfonctionnements, 2% des redevances devraient être remboursées pour 2021, a relevé le MR bruxellois.

Dans la seule commune d'Ixelles où les scan cars sont arrivés en 2019, 95.000 demandes de redevances ont été dressées en 3 mois. En raison de problèmes de logiciel, elles ont toutes dû être annulées. La commune a néanmoins multiplié par deux ses recettes entre 2018 et 2019 passant de 5 à 9 millions d'euros pour le stationnement. Les simulations effectuées par l'Agence du stationnement montrent que les recettes devraient également augmenter de 25 % à Schaerbeek.

"Cette technologie est intéressante mais les problèmes constatés sur le terrain sont beaucoup trop nombreux: problèmes de logiciel; incapacité d'assurer le contrôle des cartes PMR ou des cartes de dérogation pour le personnel médical; incapacité à reconnaître des places de stationnement disposant d'une borne de recharge électrique ou de prendre en compte le stationnement des professionnels du bâtiment; de faire la différence entre un arrêt et un stationnement ou encore absence de temps raisonnable pour se faire délivrer son ticket, … il n'y a pas eu de rodage sérieux de ces véhicules scanneurs....Ces dysfonctionnements doivent d'abord être réglés avant de poursuivre avec l'usage de cette technologie", a commenté la députée Anne-Charlotte d'Ursel (MR), présidente de la Commission mobilité au Parlement bruxellois, dans un communiqué adressé à l'agence Belga.

Selon le premier échevin MR de Ganshoren Stéphane Obeid, administrateur de parking.brussels, les solutions trouvées jusqu'à présent ne sont pas suffisantes. Tout a été robotisé sans permettre la souplesse et le recalibrage par une intervention humaine comme cela se fait dans les communes qui sont restées aux commandes de leur stationnement. Il s'est avéré que l'agence du stationnement demandait précédemment à ses contrôleurs à propos des redevances injustifiées de ne pas prévenir ceux qui avaient déjà payé qu'on pouvait annuler leur redevance, ni qu'on pouvait les rembourser.

"A ce compte-là, il vaut mieux tout bonnement externaliser les missions de contrôle car le secteur privé dispose des ressources en termes de recherches et développements que l'agence n'a pas afin de corriger les problèmes rencontrés pour le moment avec cette technologie..." a ajouté Stéphane Obeid.

Celui-ci a enfin indiqué qu'il mettra le point à l'ordre du jour du prochain Conseil d'administration de l'Agence.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be