Prisons bruxelloises: "Le plan n'était pas de garder et Saint-Gilles et Haren", s'inquiète Rudi Vervoort

Le Fédéral est-il en train d'enrouler les Bruxellois ?

Belga
Prisons bruxelloises: "Le plan n'était pas de garder et Saint-Gilles et Haren", s'inquiète Rudi Vervoort
©BELGA

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort a indiqué, ce lundi, attendre davantage de clarté de la part du gouvernement fédéral, en ce qui concerne le maintien d'une partie de l'activité carcérale du site des prisons de Saint-Gilles, Forest et Berkendael. "Pour le moment, on n'a des informations que par la presse", regrette-t-il.

Vendredi dernier, le secrétaire d'État chargé de la Régie des Bâtiments, Mathieu Michel, avait indiqué que le site continuerait d'être occupé au-delà de l'automne prochain, échéance prévue pour le déménagement de détenus vers la nouvelle prison de Haren. Lundi, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne a précisé que la prison de Saint-Gilles continuerait d'être utilisée "partiellement", "jusque fin 2024", pour obtenir à court terme une augmentation de capacité globale.

On vise "au moins 200 places" maintenues à Saint-Gilles dans les prochaines années, selon le Fédéral.

"Le plan a toujours été que la prison de Haren remplace celles de Forest et Saint-Gilles, pas de les garder ouvertes ensemble. Sans parler de l'état de la prison de Saint-Gilles", réagit lundi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort. "J'aimerais que l'on m'explique ce qui justifie cette décision et que l'on nous garantisse que les plans ne changent pas sur le long terme".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be