Chant des Cailles : un mois pour trouver un accord

Le conseil communal de ce mardi soir à Watermael-Boitsfort était à haut risque pour la majorité. Finalement, un accord a été trouvé pour le terrain du chant des cailles : le compte à rebours est lancé.

Maël Duchemin
Chant des Cailles : un mois pour trouver un accord
©Belga - D.R. - Bernard Demoulin.

Le débat autour de la motion du PS était attendu. L'enjeu était suffisamment important pour donner lieu à deux suspensions de 30 minutes lors du conseil.

Le terrain du chant des cailles, à Watermael-Boitsfort, appartient à la coopérative de locataires sociaux le Logis Floréal. Lors de l’achat du terrain, cette coopérative s’est vue imposer comme condition d’y construire des logements sociaux. En attendant le début des travaux, le Logis Floréal a donné l’accès au terrain à une ASBL, la ferme du Chant des Cailles, qui y développe une activité agricole citoyenne. Aujourd'hui, le Logis a un projet de logements prêt à être mis en œuvre.

Le Plan Particulier d’Affectation du Sol (PPAS) lancé pour planifier le développement de tout le quartier alentour, allait rendre des conclusions positives pour des constructions de logements sur le terrain. Olivier Deleuze, bourgmestre Ecolo de la commune, décide alors de suspendre le PPAS et s’oppose catégoriquement à toute construction sur le site pour préserver l’activité de la ferme urbaine.

Rappelons que le projet du Logis Floréal prévoit de conserver l’activité maraîchère déjà en place sur le terrain.

MR, Ecolo et PS veulent s’accorder

Au retour de la première suspension, la motion du PS qui demandait la reprise du PPAS arrive sur la table amendée par Ecolo et MR. Un accord est trouvé. Finalement les trois groupes MR-Ecolo (majorité) et PS (opposition) s'accordent pour un délai d’un mois. Un mois durant lequel les trois groupes politiques vont discuter des termes du PPAS entre eux mais auusi avec la Région, la Société du Logement de la Région Bruxelles Capitale (SLRB) mandatée pour l'aménagement du terrain, et le Logis Floréal . “En cas d’accord de toutes les parties”, le PPAS reprendra dans les plus brefs délais.

Tous optimistes

Pour Martin Casier, conseiller communal PS, "cet accord, c'est enfin le retour de la commune autour de la table". Il avait apporté son soutien aux locataires sociaux du Logis Floréal qui se sont plaints au début du conseil de la ligne communale qui oubliait les intérêts de la coopérative de locataires sociaux.

David Leisterh, président MR du CPAS rappelle qu'il faut "sortir la tête haute et avancer dans ce dossier. Si on réussit, ce sont un ou deux quartiers de la commune qui seront apaisés, et pour longtemps".

Côté Ecolo, Olivier Deleuze salue l'accord. "On ne peut pas rester dans une situation où un partenaire veut négocier et l'autre avance seul."

Il y a un mois, les tensions s'étaient accrues au moment où la SLRB avait lancé un appel de marché public pour trouver un maître d’ouvrage, PS soutenant les logements, Ecolo l’absence de construction et le MR la prise en compte de la pression démographique dans le quartier. La décision de la SLRB avait été vécue comme un passage en force pour les partisans du “zéro construction”.

La SLRB suit le mouvement

L'accord trouvé ce mardi prévoit également que la SLRB repousse une réunion d'information prévue ce 22 février. Dans les faits, la SLRB n'a aucun compte à rendre à la commune mais elle "reçoit positivement cette prise de position" et accepte de repousser sa réunion le temps des négociations pour aboutir à "une position commune pour un projet exemplaire sur le plan de l'environnement et de la cohésion sociale".

Seul oubli de ce mardi soir : que faire s'il n’y a pas d’accord dans un mois ? Dans ce cas, chacun risque de reprendre ses positions.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be