77 mesures contre les violences sexuelles à Bruxelles : les féministes saluent mais restent critiques

La Ville a présenté son plan pour lutter contre les agressions envers les femmes.

Sylvain Anciaux
77 mesures contre les violences sexuelles à Bruxelles : les féministes saluent mais restent critiques
©JC GUILLAUME

L’Union Féministe Inclusive Autogérée (UFIA) a salué la démarche de la Ville de Bruxelles qui a présenté lundi soir, au Fuse, son plan en 77 points pour lutter contre les violences sexuelles. Néanmoins, les féministes demeurent critiques sur quelques points non négligeables, comme l’inclusion des personnes concernées et l’opérationnalité du projet.

"Cela ressemble à un plan qui a été fait dans son coin" commente Laura Baiwir, porte-parole de l'Ufia, déplorant n'avoir été contactée que trois jours avant la présentation du projet. La Ville assure avoir travaillé avec des collectifs féministes comme Balance Ton Bar. L'administratrice de la page explique avoir été consultée entre 30 minutes et une heure, mais s'est sentie écoutée car la ville lui a assuré contacter d'autres collectifs pour élaborer ce plan.

Quoi qu'il en soit, le rapport "passe à côté d'autres questions, comme l'inclusion et l'antiracisme" explique Laura Baiwir. "On nous dit qu'il faut que les garçons arrêtent d'embêter les filles, c'est très binaire. […] Oui, il faut éduquer les hommes, mais ce sont toutes les mentalités qui doivent changer."

Des questions opérationnelles

"Ce plan est trop proche de celui de Nawal Ben Hamou, critique la porte-parole de l'Ufia, pourquoi dépenser deux fois de l'argent public pour une campagne de sensibilisation dans l'Horeca ?" Pour rappel, la secrétaire d'État socialiste à l'égalité des chances présentait le 3 février son plan d'inclusion LGBTQIA +, avec 35 actions transversales. "On ne comprend pas pourquoi il n'y a pas eu de coordination entre la Ville et la Région." Autre exemple, le plan de la Ville comprend un réseau "safe taxi". L'Ufia n'était déjà pas favorable à un réseau de lieux de fêtes "safes". "Est-ce que ça veut dire qu'il y a aussi des taxis qui ne sont pas safes ? Pourquoi est-ce qu'on ne trouve rien à ce sujet dans le plan taxi de Rudi Vervoort ?"

Sur BX1, l’échevine des grands évènements Delphine Houba (PS) a assuré qu’il y aura bien une coordination qui sera mise en place.

En bref, cinq mois après #BalanceTonBar, l'Ufia et consœurs attendaient des actions structurelles à hauteur de leurs espérances, pas sûr que la Ville ne remplisse complètement ces attentes. Pour rappel, début février, le barman pointé du doigt et envers qui plusieurs plaintes avaient été déposées, s'en est suivie la déferlante #BalancetonBar, n'avait toujours pas été auditionné. Le plan de la Ville comprend un volet police, Laura Baiwir appelle Bruxelles à "être garante que ces actions se concrétisent".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be