La prison pour femmes de Berkendael sera transformée en maison de détention

La prison pour femmes située à Forest sera transformée en maison de détention, dédiée aux courtes peines.

A.F.
La prison pour femmes de Berkendael sera transformée en maison de détention
©BAUWERAERTS DIDIER

La nouvelle prison de Haren ouvrira ses portes en octobre et pourra accueillir 1.190 détenus. Elle remplacera les prisons actuelles de Saint-Gilles, Forest et Berkendael. Pour faire face à la grave pénurie de places dans le système pénitentiaire, 200 places resteront disponibles à la prison de Saint-Gilles jusqu’en 2024. La prison pour femmes de Berkendael sera quant à elle réaffectée et transformée en maison de détention. Cette décision a été prise en concertation avec le secrétaire d’État chargé de la Régie des bâtiments Mathieu Michel.

"Il s'agit d'établissements fermés à faible niveau de sécurité, avec une capacité de 20 à 60 personnes, destinés aux détenus condamnés à de courtes peines de prison de maximum trois ans. Les personnes condamnées pour des délits de terrorisme ou les délinquants sexuels ne sont pas éligibles", explique Mathieu Michel.

Les résidents d'une maison de détention présentent un faible risque de sécurité et sont de préférence dirigés vers une maison de détention proche de leur domicile afin de favoriser leur intégration sociale. "Ils sont responsables des tâches ménagères et reçoivent un soutien pour apprendre à les effectuer. Avec l'aide des accompagnateurs de détention, les résidents vont à la recherche d'une formation, de cours, d'un job ou de travaux d'intérêt général. Dès le premier jour, ils travaillent à leur réinsertion dans la société, en collaboration avec la ville et les CPAS. Ainsi, ils pourront remettre leur vie sur les rails, se rendre utiles et se sentir utiles", poursuit-il. "En cas de mauvaise conduite, les détenus seront renvoyés dans une prison ordinaire."

"Nous voulons réagir rapidement et ne pas laisser les primo-délinquants devenir des criminels professionnels. C'est pourquoi nous allons désormais exécuter toutes les courtes peines. Les centres de détention offrent des perspectives aux détenus et sont un environnement idéal pour cela. Nous devons montrer aux détenus que nous continuons à croire en eux et que chacun peut être utile à la société. C'est pourquoi la proximité locale est si importante. Le système des maisons de détention réduit considérablement le risque de récidive. À long terme, cela devrait réduire la pression sur nos prisons surpeuplées", conclut le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD).

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be