Nadia Naji, une Molenbeekoise candidate à la coprésidence de Groen : "Rajae Maouane est bien sûr une inspiration"

Parfaite bilingue, collaboratrice de la ministre Elke Van den Brandt, sans mandat électif: la candidate la succession de Meyrem Almaci se dit "fière de ce que Groen fait à Bruxelles".

Romain Masquelier
Nadia Naji, une Molenbeekoise candidate à la coprésidence de Groen : "Rajae Maouane est bien sûr une inspiration"
©D.R.

Son nom n’était avant ce week-end pas connu dans la capitale. Mais dès ce lundi, il s’est retrouvé sur la plupart des sites d’informations belges : Nadia Naji, Molenbeekoise, est candidate à la coprésidence de Groen, aux côtés du député ouest-flandrien Jeremie Vaneeckhout.

"Je suis fier de ce que Groen fait à Bruxelles et j'ai envie de porter ce message ailleurs en Belgique. On doit oser d'avoir le courage de partager nos idées", nous indique la candidate à la succession de la présidente sortante, Meyrem Almaci.

Aucun mandat, mais expérience politique

Unique candidature déjà déclarée, le duo s’inspire des Verts francophones en proposant une "coprésidence" stricto sensu pour remplacer le modèle actuel composé d'un président, accompagné d’un (moins visible) vice-présient. Et comme chez Ecolo, ce duo Naji-Vaneeckhout se veut équilibré : un homme et une femme, un Flamand et une Bruxelloise.

Une coprésidente écologiste molenbeekoise... il y en a pourtant déjà une! "Rajae Maouane est bien sûr une inspiration", commente la candidate.

Nadia Naji, une Molenbeekoise candidate à la coprésidence de Groen : "Rajae Maouane est bien sûr une inspiration"
©D.R.

Coprésidente de la locale Groen dans la commune aux moulins, Nadia Naji n'a jamais exercé de mandat politique et n'a jamais siégé dans une assemblée législative. "J'ai de l'expérience dans d'autres secteurs", rétorque-t-elle.

Diplômée en communication à l'Université d'Anvers, la Bruxelloise a en effet travaillé dans la consultance et pour le média Bruzz. Avant de se retrouver rue du Lombard comme assistante parlementaire au Parlement bruxellois pour Arnaud Verstraete et Juan Benjumea-Moreno. Elle est désormais conseillère au cabinet de la ministre bruxelloise Elke Van den Brandt (Groen), qui soutient d'ailleurs publiquement sa candidature. "Je suis contente que le reste du pays puisse faire connaissance avec un talent bruxellois comme Nadia", a indiqué sur Twitter la ministre régionale de la Mobilité.

"Pas une réponse à l’interview de Conner Rousseau"

Née de parents francophones, Nadia Naji a grandi à Bruxelles et dans le Vlaamse Rand, à Beersel plus précisément, et a suivi sa scolarité dans l’enseignement néerlandophone. La Molenbeekoise ne cache pas son opposition aux récents propos explosifs de Conner Rousseau (Vooruit).

"Ma candidature n'est pas une réponse à l'interview de Conner Rousseau", assure la jeune femme. "Mais je n'accepte pas ces propos. Le multilinguisme est un atout. Personnellement, je parle également anglais, espagnol et je comprends l'arabe… Mais il est difficile de trouver des leçons d'arabe à Bruxelles. Si Conner Rousseau connaît des endroits où les cours sont donnés en arabe, qu'il le dise", ironise la Molenbeekoise.

Dans l'après-midi, Kristof Calvo, longtemps pressenti comme candidat à la présidence de Groen, a annoncé ne pas faire partie de la course. Plus tôt, semaine dernière, d'autres favoris ont également renoncé à briguer le poste : le candidat malheureux de 2019 Björn Rzoska, le chef de groupe fédéral Wouter De Vriendt, ou encore le directeur politique du parti Bogdan Vanden Berghe. Les éventuels autres candidats ont jusqu'à ce mardi 17h pour se présenter… pour une intronisation prévue le 11 juin.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be