Abattage avec étourdissement: PS et Écolo votent pour préserver un texte du Vlaams Belang, “il y a eu rupture du cordon sanitaire ce matin”

Si le texte divise toujours les députés, la procédure même devient source de polémique.

M.D. avec Belga
Abattage avec étourdissement: PS et Écolo votent pour préserver un texte du Vlaams Belang, “il y a eu rupture du cordon sanitaire ce matin”
©BAUWERAERTS DIDIER

Les auditions ont commencé sur les chapeaux de roue lors de la commission environnement de ce mercredi 18. Alors que les auditions des représentants des cultes allaient commencer, le député Défi Jonathan De Patoul, initiateur de la proposition d'ordonnance pour rendre systématique l'abattage avec étourdissement, propose d' "aborder en priorité le texte déposé par Groen le VLD et Défi". La commission étudie en effet le texte de ces trois partis, mais aussi un du Vlaams Belang et un de la N-VA portant sur cette même interdiction de l'abattage sans étourdissement préalable. Notons que le Vlaams Belang propose un étourdissement non réversible.

Les textes de l'extrême droite ont été déposés avant celui de Défi, Open VLD et Groen. Le règlement du parlement prévoit alors que les textes soient traités chronologiquement par rapport à leur date de dépôt sauf si la commission décide autrement.

Et ça n'a pas été le cas : au vote PS, Ecolo, Spa, PTB ont voté pour le maintien de l'ordre du jour, donc pour que le texte du Vlaams Belang reste en premier. CDH, MR, et Défi ont voté pour faire remonter le texte "Défi, O-VLD et Groen" en premier. La N-VA s'est abstenue, Groen n'a pas voté.

{{1}}

“C’est un événement anti démocratie”

Alexia Bertrand (MR) décide alors de monter au créneau, en dehors de la commission : “ Ça n'arrive jamais. Il y a eu rupture du cordon sanitaire ce matin. Dans une cette situation sur un autre texte, si le MR avait fait ce qu’ont fait le PS et Ecolo, ils nous auraient incendiés,” nous confie la députée. Mais au-delà du débat de procédure, elle voit une stratégie politique. “C’est un moyen de voter le texte du Vlaams Belang en premier. On va essayer que ça n'arrive pas, mais ce serait un moyen de voir qui vote quoi. Cela pourrait aussi disqualifier le texte, le discréditer en le faisant passer pour un texte d'extrémistes ce qui n’est pas le cas pour celui proposé par Défi.” Pour rappel, dans les estimations, les députés MR sont quasi tous en faveur de l’obligation d'abattage avec étourdissement.

Techniquement, PS et Écolo n’ont pas voté comme le Vlaams Belang puisque ce dernier n’a pas le droit de vote en commission environnement (car trop peu de députés en plénière). L’Open VLD non plus d’ailleurs, mais pour des raisons d’accord en début de législature.

Martin Casier, représentant du PS à la commission, se défend : "C'était un vote “pour ou contre le règlement intérieur". Nous avons voté pour le règlement. Si l’on commence à changer cela à chaque fois, on va avoir des problèmes. Le débat ne porte pas sur le cordon sanitaire. À chaque fois que le Vlaams Belang prend la parole, tous les groupes démocratiques francophones sortent de la pièce. Le PS l’a encore fait ce matin. Là où nous avons appliqué le cordon également, c’est pour la mise à l’agenda du texte du Vlaams Belang. Nous ne voulions pas qu'ils soient sur ce dossier. Leur texte date du début de la mandature et nous avons attendu un texte d’autres partis pour le mettre à l’ordre du jour.”

Finalement, le texte du Vlaams Belang est resté premier à l’ordre du jour. Les auditions des représentants des culte juif et musulman ont ensuite pu commencer, suivies par celles des Abattoirs d’Anderlecht et de la fédération des bouchers Halal. Les représentants des Communautés juive et musulmane ont fait part de leur sensation d'être dans le viseur pour leurs convictions religieuses dans la mesure où d'autres formes de mise à mort à des fins alimentaires ne sont pas visées par les mêmes préoccupations en Belgique (gavage des oies, ébouillantage des homards, chasse). Pour certains d'entre eux, il y a aussi lieu de s'interroger préalablement aussi sur l'impact de l'étourdissement sur la souffrance animale.

A l'abattoir d'Anderlecht, 80% des animaux sont abattus sans étourdissement, ce qui pose question pour l'avenir à ses dirigeants. Selon ceux-ci, l'interdiction de ce procédé engendrera une régression du bien-être animal car les temps de transport (ndlr: vers l'étranger) seront allongés.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be