Abattage sans étourdissement : à Anderlecht, le PTB dépose une motion, le PS la remplace

Le conseil communal d’Anderlecht abordera l’abattage sans étourdissement ce jeudi.

Anciaux Sylvain
Abattage sans étourdissement : à Anderlecht, le PTB dépose une motion, le PS la remplace
©EDA

Suite et certainement pas fin du dossier de l'abattage avec ou sans étourdissement en région bruxelloise. Le débat, régional initialement, s'invite désormais à la table des conseils communaux et plus particulièrement à Anderlecht, commune où la question demeure ô combien importante tant il s'agit de la survie de ce secteur des abattoirs. "On sait que si l'abattage rituel est interdit, l'activité d'abattage aux abattoirs n'y survivrait pas", avance Giovanni Bordonaro, conseiller communal PTB à Anderlecht.

Un amendement commun

Le parti de gauche radicale dépose alors une motion afin de demander aux parlementaires bruxellois de voter contre le texte. "Sur le principe, on n'a pas de souci, confie le bourgmestre Fabrice Cumps (PS), mais on trouve que c'est écrit de manière lacunaire."

Alors, le PS, Vooruit, Les Engagé(e)s, Ecolo et Groen préparent un amendement visant à "remplacer le texte" explique le bourgmestre, mettant un point d'honneur au bien-être animal sur l'ensemble de sa vie dans les "considérants" de l'ordonnance.

Défi aussi proposera un amendement, "qui modifiera complètement le texte" se plaint Bordonaro. La liste emmenée par Alain Kestemont figure dans la majorité anderlechtoise. Des tensions possibles avec les partenaires socialistes ? "Ce n'est pas un sujet qui doit diviser la majorité", rassure Fabrice Cumps.

Quant à l’abattoir, 25 emplois sont directement concernés par l’abattage, environ 200 indirectement. Et 80 % des abattages qui s’y font sont traditionnels. La fête du sacrifice commence le 9 juillet, et les abattoirs peuvent tuer 3 000 animaux par jour. Près du double y sont attendus.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be