Près de 900 signatures pour demander "la fermeture immédiate du centre d’accueil" au home Sebrechts de Molenbeek

Plusieurs riverains s’opposent à la pérennisation du centre de transit dans l’ancienne maison de repos Sebrechts, à Molenbeek.

La rédaction
Près de 900 signatures pour demander "la fermeture immédiate du centre d’accueil" au home Sebrechts de Molenbeek
©Fedasil

Pas d’apaisement dans le dossier du "Home Sebrechts" à Molenbeek-Saint-Jean, non loin de la basilique de Koekelberg. Une pétition vient d’être lancée par des riverains pour s’opposer à l’agrandissement du centre d’accueil pour réfugiés de l’ancienne maison de repos, fermée l’été dernier.

Selon les initiateurs, environ 900 signatures ont été récoltées pour demander la fermeture immédiate du centre géré par Fedasil. "Nous sommes confrontés quotidiennement à des problèmes de voisinage, tels que nuisances sonores et visuelles, délinquance, bagarres, malpropreté du centre et de l'espace public et surtout un grand sentiment d'insécurité", dénonce le porte-parole de la fronde de riverains, qui interpelle les autorités fédérales, régionales et molenbeekoises.

Ce centre, initialement provisoire, a pour mémoire été mis en place pour l'accueil des réfugiés ukrainiens. "Or, à peine vingt jours après la visite du Roi et de la Reine venus à la rencontre des familles ukrainiennes en détresse, Fedasil a décidé de retirer les réfugiés ukrainiens et d'installer des demandeurs d'asile en attente d'une réponse à leur dossier", résume un courrier signé par la bourgmestre Catherine Moureaux (PS) et la Première échevine Françoise Schepmans (MR), qui sont, une nouvelle fois, allées au clash avec le secrétaire d'État Sammy Mahdi (CD&V). "Nous ne pouvons accepter un tel fait accompli dans un quartier résidentiel ultra dense tout à fait inadapté pour l'accueil au long cours de demandeurs d'asile", ont déclaré les élues molenbeekoises dans le communiqué du début avril.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be