Un ancien député Vlaams Belang en passe de devenir bourgmestre à Grimbergen

À la suite de l’épineux "dossier Jumbo", l’Open VLD et le bourgmestre de Grimbergen se font éjecter de la majorité. Le CD&V entre dans la coalition, qui devrait être menée par l’échevin Bart Laeremans, un ancien député et sénateur du parti d’extrême droite flamand.

Ro.Ma.
Un ancien député Vlaams Belang en passe de devenir bourgmestre à Grimbergen
©Belga

Situation inédite dans l’histoire du cordon sanitaire. Cela se passe au nord de Bruxelles, à Grimbergen. Un ancien parlementaire du Vlaams Belang, l’actuel échevin Bart Laeremans, est en passe de devenir bourgmestre de l’entité flamande de 38.000 habitants.

Une motion de méfiance a été préparée par une majorité alternative. La liste Vernieuwing de Bart Laeremans (8 sièges sur 33) et la NVA (6 sièges) éjectent l’Open-VLD (6 sièges) et son bourgmestre Chris Selleslagh, et reçoivent désormais l’appui du CD&V (6 sièges). Les trois partis de la nouvelle coalition évoquent un “manque de collégialité, de loyauté et de transparence” dans le chef de l’Open-VLD. “En tant que parti démocratique, l’Open Vld ne peut s’empêcher de ne pas être d’accord avec cette décision”, a déclaré de son côté la locale libérale.

En tant que premier élu de Grimbergen en termes de voix de préférence, Bart Laeremans est proposé comme bourgmestre. Grande personnalité de l’extrême droite flamande, Laeremans a été député fédéral pour le Vlaams Blok et ensuite le Vlaams Belang entre 1995 et 2007, et sénateur entre 2010 et 2014. En 2015, il quitte le parti d’extrême droite et continue sa carrière politique grimbergeoise sous l’étiquette du parti local “Vernieuwing”. Une démission et un changement de nom, qui, malgré un lourd historique au sein parti, permettent de ne pas briser le cordon sanitaire aux yeux de ses partenaires de coalition…

Sur Twitter, le mandataire se présente comme membre du mouvement flamand, en faveur d’une “Flandre indépendante”. Mais le pont ne semble toutefois pas entièrement coupé entre le Grimbergeois et le parti d’extrême droite. En témoignent les multiples applaudissements de membres du Vlaams Belang sur les réseaux sociaux, dont l’actuel président.

La suite du “dossier Jumbo”

C’est le “dossier Jumbo” qui aura provoqué l’implosion de la majorité locale. Il y a plusieurs mois, le collège échevinal a marqué son ambition de rénover le centre historique de l’entité, avec au programme la centralisation des services communaux dans un nouveau complexe, un parking souterrain, et la création d’un supermarché…

Un ancien député Vlaams Belang en passe de devenir bourgmestre à Grimbergen
©D.R.

Un dossier qui a suscité une véritable fronde de riverains, avec une pétition de plus de 2.500 signatures et des panneaux “Geen Jumbo” accrochés aux façades. La nouvelle coalition indique dès à présent vouloir stopper le dossier. Mais selon le futur ex-bourgmestre libral, ce dossier serait surtout un prétexte pour justifier son éviction.

La question du cordon sanitaire avait, déjà en 2018, propulsé Grimbergen sur la scène nationale. La présidente de l’Open-VLD du moment, Gwendolyn Rutten, avait contrecarré les plans initiaux de coalition en demandant l’exclusion de tout membre ayant encore un lien avec le Vlaams Belang sur la liste Vernieuwing de Laeremans. Un veto qui avait mené à une démission.

À la suite de ce départ, conformément à l’accord politique, le libéral Chris Selleslagh a pu ceindre l’écharpe mayorale, et Bart Laeremans est monté au collège… mais cette entente n’aura duré que trois ans.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be