Abattage sans étourdissement : la séance plénière n'apporte pas plus d'indication sur l'issue du vote

Fouhad Ahidar (Vooruit) a brièvement pris la parole, sur un ton modéré, sans dire ce qu'il ferait au moment du vote. En commission, il s'était affiché contre la proposition d'ordonnance. Jeudi soir, le président du Vooruit, Conner Rousseau, a clairement indiqué que Vooruit était opposé à l'abattage sans étourdissement et que Fouad Ahidar subirait des conséquences de son vote s'il rejetait la proportion d'interdiction d'abattage sur ce mode.

Belga
Abattage sans étourdissement : la séance plénière n'apporte pas plus d'indication sur l'issue du vote
©DIDIER BAUWERAERTS

Le parlement bruxellois a entamé vendredi le débat sur la proposition d'ordonnance visant à imposer, comme en Flandre et en Wallonie, une interdiction de l'abattage d'animaux sans étourdissement. Les échanges se poursuivront dans l'après-midi avant les votes. Les intervenants de la matinée ont défendu leurs points de vue respectifs, que ce soit en tant que chefs de groupes pour exprimer une opinion collective, ou à titre individuel pour relayer un courant interne assumé par leur formation ou une position davantage dissidente.

Sans surprise, les trois auteurs principaux de la proposition, à savoir Jonathan de Patoul (Défi), Lotte Stoops (Groen), et Carla Dejonghe (Open VLD) ont défendu la proposition. Ainsi, le premier s'est réjoui du fait que le parlement ait pu débattre de ce sujet. Comme ses collègues co-autrices, il a rappelé que la proposition s'appuyait sur des décisions de la Cour constitutionnelle et de la Cour de Justice de l'Union européenne et se fondait sur la préoccupation du bien-être animal. Ce vétérinaire de formation a ajouté qu'elle était aussi fondée sur la science.

Comme la N-VA, le MR et le CD&V ont annoncé leur intention de voter contre le rapport de la commission qui avait débouché mardi sur un rejet de la proposition qu'eux-mêmes soutiennent. Pour le MR, la cheffe de groupe Alexia Bertrand et la députée Aurélie Czekalski ont souligné qu'il existait désormais des solutions d'abattage pour réduire la souffrance animale tout en garantissant le respect des religions. Cieltje Van Achter (N-VA) a abondé dans ce sens.

À l'opposé, Isabelle Emmery et Martin Casier (PS) ont continué de plaider pour le rejet de la proposition d'ordonnance. La première a notamment souligné les conséquences possibles d'une délocalisation de l'abattage sans étourdissement vers l'étranger sur l'emploi, les prix et le bien-être animal. Martin Casier a jugé que la proposition n'était pas proportionnelle, notamment parce qu'elle masque le fait que la viande halal et casher sera bel et bien produite à l'étranger et vendue - plus chère - à Bruxelles.

Selon Bruno Bauwens, le PTB est contre la proposition d'ordonnance car elle ne se focalise que sur les deux dernières minutes de la vie d'un animal et ne s'attarde guère sur la gestion inhumaine de toute la vie des 300 millions d'animaux produits par an par le marché capitaliste. John Pitseys (Ecolo) a rappelé la ligne de conduite de sa formation depuis l'ouverture des échanges parlementaires sur la proposition: la liberté de conscience de chaque député. Les écologistes Ingrid Parmentier et Ahmed Mouhssin ont ensuite chacun exprimé leurs points de vue, l'une pour la proposition, et l'autre contre.

À l'image de l'ensemble des intervenants, peut-être soucieux de ne poser aucun acte irréversible à l'égard de leur propre formation, Fouhad Ahidar (Vooruit) a brièvement pris la parole, sur un ton modéré, sans dire ce qu'il ferait au moment du vote. En commission, il s'était affiché contre la proposition d'ordonnance. Jeudi soir, le président du Vooruit, Conner Rousseau, a clairement indiqué que Vooruit était opposé à l'abattage sans étourdissement et que Fouad Ahidar subirait des conséquences de son vote s'il rejetait la proportion d'interdiction d'abattage sur ce mode.

Chez Défi, Marc Loewenstein a semblé avoir les coudées plus franches pour dire que la production de viande casher ne tolérait aucune forme d'étourdissement. À ses yeux, tout en gardant l'objectif du bien-être animal, il faudrait avoir la sagesse de prolonger le débat avec les représentants des communautés religieuses sur ce sujet "éminemment sensible et complexe".

Les débats se poursuivront au cours de l'après-midi. Les personnes intéressées peuvent suivre le débat puis le vote, prévu après 16h, en cliquant sur ce lien Youtube.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be