Fusillades à Molenbeek: Défi propose des containers de police dissuasifs

Suite aux fusillades dans la commune, Défi souhaite importer un dispositif observé en Asie.

S.A.
Fusillades à Molenbeek: Défi propose des containers de police dissuasifs
©BELGA

Deux cents policiers manquent à l'appel afin d'assurer la sécurité de Molenbeek. C'est en tout cas ce que déclare la bourgmestre socialiste Catherine Moureaux, qui exhorte la ministre de l'Intérieur à lui fournir de l'aide. Il n'en sera rien, répond Annelies Verlinden (CD&V). Et Molenbeek de se retrouver, à court terme, seule face à la criminalité sur son territoire.

Un problème face auquel Rachid Ben Salah, conseiller communal Défi, se propose d'apporter une solution qu'il a découverte lors de ses voyages en Asie. Il s'agit d'un container préfabriqué, comme on peut en voir sur les chantiers, par exemple, estampillé aux couleurs des forces de l'ordre et muni de vitres teintées. Le but : "dissuader d'abord, mais il peut aussi être répressif", puisque toute personne qui est en dehors du dispositif ignore si des agents l'occupent. "Cela permet de pérenniser une présence policière sans forcément avoir de policiers sur les lieux. Ainsi, dans les quartiers compliqués, cela permettrait de faire passer le message que c'est la police qui fait force de loi."

Autre argument avancé par le conseiller, la mobilité. "Comme on sait que la criminalité se déplace, ces box pourraient également être déplacés", une idée à double tranchant, qui pourrait annihiler comme exacerber le perpétuel jeu du chat et de la souris.

Aussi, avec 200 membres des forces de l'ordre en moins, ces fameux dispositifs seraient-ils occupés en suffisance pour assurer une présence à l'intérieur, et pour que l'effet ne retombe trop vite ? "On demande déjà à des policiers d'être en faction, répond Rachid Ben Salah. Là-dedans, ils seraient dans une situation plus confortable et dans des conditions de travail adéquates." À noter d'ailleurs que l'échevin se dit favorable à ce que des tâches préliminaires puissent y être faites, comme la fouille au corps, "et cela respecterait tout à fait les droits de l'homme".

Enfin, il est peut-être pertinent de se questionner sur l’intégrité du dispositif, qui pourrait être une "cible facile" si des personnes malveillantes voulaient s’attaquer à lui. Ben Salah répond que, selon son expérience, il n’a pas observé de dégradations sur les containers, et qu’il est toujours possible de les placer dans le champ des caméras de surveillance.

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be