"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur

"Escrolo", "égoïste", "corrompu", les accusations fusaient hier soir au bord des étangs entre les pro et les anti bassin de baignage à Neerpede.

M.D.
"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur
©DR.

Ce lundi soir à Anderelcht, Bruxelles Environnement présentait son projet pour les étangs de Neerpede aux riverains. Le ton est parfois monté entre les citoyens et avec le Ministre bruxellois en charge de l'Environnement, Alain Maron (Ecolo).

"Nous sommes venus dire que l'on était contre et eux sont venus pour nous dire à quel point le projet était génial. Forcément, ce n'est pas compatible." Yannick Laurent du collectif Sauvegardons Neerpede, avait préparé le coup. Les agents de Bruxelles Environnement, le Ministre Alain Maron et le bourgmestre d'Anderlecht Fabrice Cumps (PS) sont tombés face à un mur d'opposants au projet, armés de leurs pancartes et de leur verve, hier soir. La présentation du projet d'aménagement de l'étang moyen a vite tourné à l'accusation. "Vous allez saccager la biodiversité, pourquoi ramener des baigneurs ? Eux et leurs accompagnants auront un impact sur l'environnement du parc. Escrolo !"

"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur
©DR.

Pour rappel, Bruxelles Environnement compte transformer l'étang moyen en lieu de baignade à ciel ouvert. Au maximum, 225 personnes pourraient s'y baigner en même temps. Pour cela, des pontons en bois seraient installés pour délimiter la zone de baignade qui couvrirait un bon tiers de l'étang. L'autre partie accueillerait une roselière qui permettrait de traiter l'eau et de la maintenir propre.

"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur
©©Omgeving 2022

L’agence planifie aussi de verduriser les berges qui sont actuellement bétonnisées et de recréer un lien avec l'étang plus large situé à l'ouest du parc. La flore invasive serait aussi retirée. Bruxelles Environnement déposera la demande de permis pour ce projet en automne 2022. Suivra une enquête publique ou chacun pourra exprimer ses craintes.

"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur
©©Omgeving 2022

Dialogues de sourds

"Nous allons améliorer la biodiversité, rendre l'espace plus vert", se défend Alain Maron. "Nous savons que les espaces de baignade sont très demandés à Bruxelles. Nous avons étudié plusieurs lieux. Ici, c'est le plus propice."

À terme Bruxelles Environnement devrait récupérer la gestion de tous les étangs du secteur et des parcs qui les entoure. L'agence compte les verduriser et y implanter, notamment sous le ring, des espaces de loisir. L'aménagement de l'espace de baignade n'est donc qu'une première phase. Yannick Laurent concède volontiers qu' "il y a du bon de ce projet." Mais elle s'inquiète de la pression des baigneurs et de leurs accompagnants sur l'environnement et sur les transports. "Il n'y a qu'un tram pour arriver ici" (ligne 81, NDLR). Elle accuse aussi un manque de communication sur le projet. "Sans les réseaux sociaux, personne n'aurait été au courant. C'est simplement sur le site web de l'agence, mais il n'y a pas une affiche autour de l'étang moyen. Un toutes boîtes a été distribué aux riverains très proches mais ce dossier concerne tous les Anderlechtois".

"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur
©DR.

Les riverains ne sont d'ailleurs pas tous d'accord entre eux. L'un d'eux nous confie que pour cette présentation, les opposants se sont mobilisés. "C'est leur discours qui ressort du coup. Mais il y a des gens qui sont pour et ils sont beaucoup plus discrets." Un jeune couple qui passait par hasard s'arrête pour écouter les échanges, parfois animés entre des riverains et le ministre : "ce sont des petits vieux qui râlent pour leur tranquillité. Moi, j'habite ici et je serais heureux de pouvoir me baigner à côté de chez moi."

"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur
©DR.

Un autre passant ira jusqu'à qualifier les opposants "d'égoïstes" : "Bruxelles a besoin d'espace comme ceux prévus par Bruxelles Environnement. Il y a encore des réflexions à avoir évidemment surtout sur la gestion du public, mais il ne faut pas s'opposer d'office, égoïstement. Il y a une notion d'intérêt général que certains ne comprennent pas." Il pointe également du doigt le discours de certains opposants : "ils ont peur que certains jeunes arrivent dans leur quartier. Moi, j'habite aussi ici et ça ne me dérange pas." À l'instant où il nous explique cela, nous entendons quelqu'un crier : "je ne veux pas de racaille dans mon quartier." Le collectif Sauvegardons Neerpede se désolidarise de ce type de propos disant craindre l'arrivée d'une "foule".

"Je ne veux pas de racaille dans mon quartier” : les habitants de Neerpede divisés sur l’étang de baignade, Alain Maron face à un mur
©DR.


Une pétition contre le projet récolte 3800 signatures.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be