Le projet Brouck’R n’a plus de permis, "la Ville de Bruxelles veut éviter que ce site reste trop longtemps en friche"

La Région a supprimé le permis d’urbanisme à la suite de la suspension du Conseil d’État. Immobel a 6 mois pour revoir sa copie.

Anciaux Sylvain
Le projet Brouck’R n’a plus de permis, "la Ville de Bruxelles veut éviter que ce site reste trop longtemps en friche"

Pascal Smet (one.brussels) a pris les choses en main dans le projet Brouck’R. Pour rappel, la société Debrouckère Development, agissant pour le compte des promoteurs immobiliers Immobel et BPI, avait entamé la destruction d’environ 40 000 mètres carrés de superficie de plancher entre la place De Brouckère et les rues des Augustins, des Hirondelles et de Laeken. Le but : y installer un hôtel de 145 chambres et des immeubles de logements dont 183 appartements et 129 logements étudiants. Le projet prévoyait également le rehaussement, derrière les façades classées, d’un étage en verre.

C’est notamment ce dernier point qui a fait tiquer des comités de riverains, l’Atelier de recherche et d’actions urbaines (Arau) et Inter-Environnement Bruxelles (IEB). Au printemps, les deux ASBL ont déposé un recours au Conseil d’État, qui a alors suspendu les travaux. Depuis, c’est un véritable terrain d’apocalypse qui gît en plein centre-ville.

Une situation que le secrétaire d'État à l'Urbanisme, Pascal Smet, ne compte pas laisser s'enliser. Après "une analyse rigoureuse de l'arrêt et une concertation approfondie avec toutes les parties" et en concertation avec urban.brussels, la Région a donc supprimé le permis d'urbanisme du projet. Les promoteurs ont désormais six mois pour introduire des nouveaux plans, cette fois sans le rehaussement, qui seront à nouveau soumis à une enquête publique.

Pascal Smet critique envers le Conseil d’État

C'est un petit sentiment d'urgence, ou d'efficacité, qui semble avoir guidé la décision du socialiste bruxellois. "En suspendant le permis d'urbanisme de ce dernier projet, le Conseil d'État risque de faire s'enliser la situation et de créer un chancre urbain, comme cela s'est trop souvent produit par le passé." Ans Persoons (one.brussels-Vooruit), échevine de l'Urbanisme semble rejoindre Pascal Smet sur l'urgence d'agir. "La Ville de Bruxelles veut absolument éviter que ce site au cœur de notre capitale reste trop longtemps en friche. Nous attendons avec impatience la nouvelle proposition d'Immobel."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be