L’histoire de la bière bruxelloise en 50 objets : les 5 pépites préférées de l'auteur Eoghan Walsh

Le blogueur Eoghan Walsh retrace l’histoire de la bière à Bruxelles en 50 objets. Son livre est insolite et érudit. Il choisit 5 notices avant de nous inviter à goûter 5 bières inédites pour ses 5 ans au clavier. 

Julien Rensonnet
L’histoire de la bière bruxelloise en 50 objets : les 5 pépites préférées de l'auteur Eoghan Walsh
©Julien Rensonnet

On a déjà beaucoup écrit sur la bière belge. Aussi, croiser dans un même bouquin Pierre Brueghel et une bière bock de Koekelberg, la pièce "Le Mariage de Melle Beulemans" et une chope de l’Hôtel Continental de 1890, un poster de l’équipe d’Anderlecht de 1981 et une motte d’"ettekeis" a de quoi intriguer. C’est ce qu’on retrouve dans "Une Histoire de la bière à Bruxelles en 50 objets" (*), du journaliste brassicole Eoghan Walsh.

"En juillet 2021, suite au covid, je cherchais l'inspiration. Il me fallait un projet à mener chaque jour. Je me suis lancé le challenge de publier un épisode chaque vendredi. Je me suis alors inspiré de l'émission de la BBC, L'Histoire du Monde en 100 objets". L'idée est limpide comme une pils: raconter l'histoire de la bière à Bruxelles en 50 objets, additionnés chronologiquement. "Par les brasseries et leurs bières, mais aussi les bars, la société civile, la vie publique, la nourriture, les ingrédients…"

L’histoire de la bière bruxelloise en 50 objets : les 5 pépites préférées de l'auteur Eoghan Walsh
©Julien Rensonnet

Eoghan donne de lui-même. Il fréquente autant les archives historiques que les "bruin cafés", goûte autant les paysages de la vallée de la Senne que les productions des jeunes artisans. Le concept s'écrit d'abord sur le blog beercity.brussels , lancé en 2017. Puis s'imprime pour saluer les 5 ans au clavier de l'Irlandais de Bruxelles. Le lancement de ce livre, insolite autant qu'érudit, a lieu ces 14 et 15 juillet lors du premier festival BierCult qui fête cet anniversaire. L'occasion pour Eoghan Walsh d'épingler 5 objets emblématiques de son ouvrage. Autour d'une Zinnebir, forcément.

1 – De l’eau de la Senne

Note 2 . "J'ai récolté cette eau lors d'un jour très pluvieux à Anderlecht. Parce que la Senne, c'est la source de tout à Bruxelles.L'alpha et l'omega. Pour la ville, mais aussi la bière. Le cours d'eau est emblématique en 2022 aussi parce qu'il est remis à la lumière du jour dans plusieurs endroits depuis 10 ans. En même temps que la bière artisanale est redécouverte et explose à Bruxelles".

L’histoire de la bière bruxelloise en 50 objets : les 5 pépites préférées de l'auteur Eoghan Walsh
©Brussels Beer City

2 – La "schaerbeekse kriek"

Note 13

.

"La cerise de Schaerbeek est le fruit le plus bruxellois, mais il a disparu. Depuis 30 ans, les krieks intègrent des cerises hollandaises ou croates. Mais certains replantent, comme l’association des Bûûmplanters, qui fait un job super. Cantillon prépare aussi ses propres cerisiers à Anderlecht.La jeune brasserie La Mule a aussi récolté des cerises à Schaerbeek pour brasser une cuvée exclusive pour les habitants contributeurs. Ça permet de remettre les gens à l’agriculture tout en se rappelant qu’il y a 100 ans, Schaerbeek, c’était des fermes et des champs".

3 – Les Mémoires de Jef Lambiek

Note 21

. "

Ce livre est publié en 1958. Il s’agit d’une prétendue autobiographie d’un fils de brasseur. Il aurait été exhumé d’un tonneau de bière découvert lors d’un chantier dans les Marolles. Rien de ça n’est vrai. Mais l’ouvrage est très bien documenté et décrit parfaitement le développement des estaminets, les clients qui y boivent, les brasseries de quartier… Bref, "le Bruxelles old school" depuis les années 1860. C’est un livre comique, mais on y apprend beaucoup sur les patrons, les habitudes… On doit spéculer sur l’identité de l’auteur. L’illustrateur? Un brasseur lui-même? Plusieurs "insiders?" Ce qui est sûr, c’est qu’il connaissait parfaitement le monde de la bière. C’est d’ailleurs Léon Wielemans qui signe la préface, en patron de Wielemans-Ceuppens qui brassait à l’actuel Wiels".

4 – "Curiosités et anecdotes: la gueuze"



Note 30
. "Il s'agit d'une émission de la RTB qui interviewe Albert Vossen, de la brasserie éponyme. Celle-ci a changé de nom lorsque le fondateur Théophile a racheté le café Mort Subite. De cette interview de 1962 découle beaucoup de mélancolie car le lambic pour lequel plaide le brasseur était alors déjà démodé. Les pils, les bières sucrées, se sont imposées dans le goût des consommateurs. C'est le cas depuis la 2e Guerre Mondiale. Vossen, il est du vieux monde. Une espèce en danger. Et cette émission est un pivot. Il faudra attendre le XXIe siècle et la pugnacité de Cantillon pour voir revivre ces bières spontanées typiques de Bruxelles".

5 – Les esquisses pour l’étiquette de la Zinnebir

Note 35 . "La Zinnebir, en 2002, c'est le "ground zero" pour la bière bruxelloise contemporaine. S'ils n'avaient pas été là, avec leurs méthodes, leur indépendance des supermarchés et leurs étiquettes attractives, leur amertume et leurs ingrédients qualitatifs, rien de la scène actuelle n'existerait".

L’histoire de la bière bruxelloise en 50 objets : les 5 pépites préférées de l'auteur Eoghan Walsh
©Julien Rensonnet

(*) " A History of Brussels Beer in 50 Objects " , en anglais et publié à compte d'auteur. Disponible entre autres chez Waterstone, L'Ermitage, Malt Attacks et Fermenthings. Tous les profits seront reversés à une œuvre de charité en faveur de l'Ukraine.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be